twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’Artp lance le dégroupage de la boucle locale

mercredi 11 juillet 2018

Le Dg de l’Artp a précisé que le processus de découpage a été consensuel en cela qu’il a été mené de concert avec les parties prenantes, notamment les opérateurs.

Le directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp), Abdou Karim Sall, a procédé hier, au lancement du dégroupage de la Boucle locale au Sénégal.

Il est un levier important de développement de la concurrence et la promotion de services innovants dans les télécommunications et particulièrement sur le marché de l’Internet haut débit et très haut débit fixe.

Dans le but d’amorcer une nouvelle dynamique dans le secteur des télécommunications et de promouvoir l’innovation, l’Autorité de régulation des télécommunications et postes (Artp) a initié un certain nombre d’actions pour soutenir le développement du marché de l’Internet. Ces actions s’élargissent avec le lancement hier, du dégroupage de la boucle locale au Sénégal.

Selon le directeur de l’Artp, Abdou Karim Sall, avec la boucle locale, une nouvelle ère s’ouvre pour de nombreux acteurs, en particulier les opérateurs de réseaux de télécommunications ouverts au public dont Sonatel, Tigo et Expresso ainsi que les Fournisseurs d’accès à Internet (Fai) à savoir Waaw, Arc informatique et Africa Access.

C’est une opération technique qui consiste à permettre à un opérateur alternatif d’utiliser la boucle locale cuivre de l’opérateur historique Sonatel pour accéder directement aux utilisateurs finaux et leur offrir des services.

A l’en croire, l’objectif du découplage de la boucle locale est de renforcer la concurrence sur le marché de l’Internet et de promouvoir le développement des usages pour toutes les catégories de clientèle, en l’occurrence les individus, les ménages et les entreprises.

« La boucle locale est une infrastructure qui appartient à l’opérateur historique Sonatel. Elle est considérée comme essentielle dans la mesure où les conditions économiques et techniques de sa réplicabilité sont difficiles voire impossible.

De ce fait, le Code des télécommunications impose le partage de telles infrastructures à des conditions techniques et tarifaires définies par l’Autorité de régulation », a fait savoir le directeur général de l’Artp.

M. Sall a également précisé que ledit processus a été consensuel en cela qu’il a été mené de concert avec les parties prenantes, notamment les opérateurs.

« Le processus a impliqué des travaux poussés, avec les acteurs qui ont favorisé, à la fois, l’investissement et le partage des infrastructures. Nous nous en félicitons et remercions les opérateurs pour leur ouverture d’esprit et leur collaboration franche tout au long du processus », a-t-il informé.

Maguette Guèye Diédhiou

(Source : Le Soleil, 11 juillet 2018)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)