twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’Artp juge « irrecevables » les justifications d’Orange sur les perturbations de son réseau

mercredi 7 octobre 2015

Suite à la mise en demeure qui lui a été servie le 2 octobre 2015 par l’Autorité de régulation des télécommunications et de la poste (Artp) pour les perturbations survenues sur son réseau les 15, 18 et 26 septembre 2015, Orange Sénégal a expliqué qu’un bug en était la cause. Précisant au régulateur télécom que ces incidents n’étant pas de sa volonté, l’opérateur leader des télécoms au Sénégal a déclaré n’avoir violé de ce fait aucune disposition législative, réglementaire ou son cahier de charges. Ajoutant que son cahier de charge ne l’oblige d’ailleurs pas à avoir « zéro incident » sur un réseau télécom.

Répondant à Alioune Ndiaye (photo), le directeur général d’Orange Sénégal, l’Artp a déclaré « irrecevables » les justifications de l’opérateur télécom. Le régulateur télécom a souligné qu’il est évident « qu’il ne peut y avoir zéro incident. Toutefois, l’obligation de continuité doit être assurée et, en cas d’incident, il appartient au régulateur de décider si l’incident peut être qualifié de manquement répréhensible ».

« Hormis les dispositions d’ordre général du Code des Télécommunications, l’article 9 du cahier des charges de Sonatel prévoit deux situations différentes. Il s’agit d’une part, d’une obligation de « permanence », donc de continuité du service et d’autre part, des défaillances dégradant la qualité de service dont les effets doivent être éliminés dans les meilleurs délais. Les deux cas précités font l’objet de régimes de sanctions différents : l’obligation de permanence et de continuité du service relève des sanctions prévues à l’article 106 du Code des Télécommunications alors que les défaillances en matière de qualité de service sont sanctionnées par les alinéas 5 et suivants du point 9.1 de votre cahier des charges », a renchérit Abdou Karim Sall, le directeur général de l’Artp.

Au regard de toutes ces explications « irrecevables », l’Artp a décidé de maintenir sa mise en demeure contre Orange et de prendre toutes les mesures qui s’imposent le cas échéant.

(Source : Agence Ecofin, 7 octobre 2015)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)