twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’Afrique et les promesses d’un marché numérique en développement

vendredi 18 septembre 2015

En étant un des continents les moins touchés par la révolution technologique, l’Afrique est aujourd’hui l’espace à fort potentiel sur lequel toutes les grandes entreprises ont un oeil. Entre un système numérique en pleine construction et un désir fort de vouloir combler le gap avec les autres continents, l’Afrique attise les convoitises. Le nombre d’utilisateurs d’Internet a augmenté de manière exponentielle au fil des années, le nombre de connectés atteignant 15% de la population mondiale. Si elle a fait face de nombreuses difficultés, la révolution numérique, comme aime à l’appeler les professionnels du secteur, est bien en marche.

L’explosion des mobinautes

En 2014, la population Africaine était estimée à près de 1.2 milliards d’habitants. Une population dont près 20% est âgée entre 15 et 24 ans. Cette jeunesse Africaine est de plus en plus intéressé par les nouvelles technologies de l’information comme le montre le nombre de connecté sur les réseaux sociaux (on comptera 620 millions de connectés en 2011. “Source”). Le web est en plein développement en Afrique et le boom des smartphones a permis à tout un chacun de pouvoir s’exprimer devant le monde entier. En effet le nombre d’abonnés mobiles du continent représente 26.6% du taux de pénétration mondial. Si certains pays comme le Nigéria, l’Afrique du Sud ou les pays du Maghreb étaient déjà en avance, d’autres comme le Sénégal ou la Côte d’Ivoire montre de plus en plus engouement pour les projets numériques. Ainsi des business comme le commerce en ligne ou les services liés au web sont en plein essor dans le continent. La création de start-up a triplé prouvant que les entreprises Africaines ayant compris les enjeux liés au numérique. L’exemple de M-pesa au Kenya illustre parfaitement ce potentiel existant. Cette plateforme de paiement mobile est adoptée par 60% de la population locale. Un modèle similaire à Orange Money au Sénégal. Le développement du paiement mobile est une des grandes étapes franchies par l’Afrique dans sa quête de développement technologique. Si M-Pesa est l’exemple parfait de réussite, le Sénégal et la sous région ouest Africaine regorge de systèmes novateurs qui contrarient les projets de nombreuses multinationales dans le secteur des transferts d‘argent.

Le e-commerce en plein essor

Le développement des sites e-commerces est un facteur qui prend de plus en plus d’ampleur dans le paysage économique des pays Africains. De nombreuses plateformes ont vu le jour et la population commence à prendre goût à ce mode d’achat en ligne. Au Sénégal par exemple, des sociétés comme AIG ou tout récemment C-Discount commence à tisser leur toile et à proposer ces services en lignes. S’ils n’ont pas été les premiers à se présenter dans ce domaine, ils prennent une place de plus en plus prépondérante dans le secteur du e-commerce. S’il reste sur une forte croissance, le commerce en ligne en Afrique ne pèse pas encore assez lourd dans la balance mondiale dont le chiffe d’affaire. (Le e-commerce représente aujourd’hui un chiffre d’affaire de 144 milliards d’euros dans le monde Source)

La TNT pour soutenir le mouvement

De nombreux états Africains s’étaient donné rendez-vous le 16 et 17 juin pour le passage au numérique. La transition de l‘analogique au numérique devait permettre à l’Afrique de passer au stade supérieur de la numérisation. Si de nombreuses contraintes ont retardé ce passage à la Télévision Numérique terrestre, il n’en demeure pas moins que les travaux avancent et que l’Afrique devrait bientôt entamer une ère. Si pour les téléspectateurs se sera l’occasion des images parfaites, pour les entreprises il s’agit là d’une grosse opportunité à saisir. Si au Sénégal le groupe Excaf Telecom expert en télévision payante et dans l’événementiel a remporté le marché, dans le reste de l’Afrique deux géants s’affrontent. Star Times groupe chinois avec son projet de solution clé en main est au coude à coude avec le projet dirigé par Thomson et Sagem. Le choix des partenaires techniques devient ainsi un enjeu capital pour de nombreuses entreprises. En termes économiques, la TNT a de nombreux enjeux. Car, même si les coûts de transition sont élevés, il permettra au continent d’économiser de coûts d’exploitation, mais aussi de rentabiliser grâce au dividende numérique. Le dividende numérique est l’ensemble des fréquences libérées suite au passage à la télévision numérique terrestre et à l’arrêt de la télévision analogique, comme nous l‘explique Wikipédia. La vente ou la location de ces fréquences libérées à des opérateurs de télécom permettra aux états de rentabiliser leurs investissements.

Le numérique au service de l‘éducation

Si le commerce est en plein expansion en Afrique, le e-learning n’est pas en reste. De nombreux entrepreneurs sociaux et écoles ont décidé de partager le contenu de leurs cours afin de faire bénéficier à ces jeunes africains de ce support qu’est Internet de pour s’instruire. D’ailleurs, durant le mois de mai de l’année 2015 Addis-Abeba a accueilli une conférence sur le e-learning Africain. Le but de cette conférence était de mettre en évidence le rôle des technologies dans l’apprentissage et dans l’aide au développement des compétences vitales pour le futur de l’Afrique. Cette conférence a été l’occasion pour les professionnels du e-learning africain de développer leur savoir-faire et compétences, mais aussi de nouer des partenariats. Ce partage d’expérience permettra de faire évoluer le service en terme de e-learning sur le continent.

Si l’Afrique n’en est qu’à ces balbutiements, il n’en demeure pas moins que le développement numérique de l’Afrique est en marche et ce marché est plein de promesses et d‘espoir.

(Source : ByFilling, 18 septembre 2015)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 263 263 263 264 264 264 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 19 266 179 abonnés Internet

  • 18 595 500 abonnés 2G+3G+4G (96,58%)
    • 2G : 12,95%
    • 3G : 24,60%
    • 4G : 62,45%
  • 334 642 abonnés ADSL/Fibre (1,71%)
  • 334 875 clés et box Internet (1,71%)
  • 1162 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,74%
  • Internet mobile : 98,26%

- Liaisons louées : 3971

- Taux de pénétration des services Internet : 106,84%

(ARTP, 30 septembre 2023)

- Débit moyen de connexion mobile : 23, 10 Mbps
- Débit moyen de connexion fixe : 21, 77 Mbps

(Ookla, 31 janvier 2023)


- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 56,70%
(Internet World Stats 31 décembre 2021)


- + de 10 000 noms de domaine actifs en .sn
(NIC Sénégal, décembre 2023)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 382 721 abonnés
- 336 817 résidentiels (88,01%)
- 45 904 professionnels (11,99%)
- Taux de pénétration : 1,67%

(ARTP, 30 septembre 2023)

Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 21 889 688 abonnés
- Taux de pénétration : 123,34%

(ARTP, 30 septembre 2023)

FACEBOOK

3 050 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 17,4%

- Facebook : 2 600 000

- Facebook Messenger : 675 200

- Instagram : 931 500

- LinkedIn : 930 000

- Twitter : 300 000

(Datareportal, Janvier 2023)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik