twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’Afrique du Sud interdira la vente d’appareils 2G d’ici février 2023

vendredi 10 juin 2022

La transformation numérique s’accélère en Afrique du Sud. Le gouvernement, qui veut garantir l’Internet à tous d’ici 2024, veut accélérer le passage au haut et à l’ultra haut débit.

Le gouvernement sud-africain envisage d’interdire l’importation et la distribution des appareils 2G, dans le pays, d’ici fin février 2023. C’est ce qu’a déclaré Khumbudzo Ntshavheni, ministre des Communications lors de la Conférence mondiale de développement des télécommunications 2022 qui se tient actuellement à Kigali, au Rwanda.

Selon Mme Ntshavheni, cette interdiction aiderait l’Afrique du Sud à fermer ses réseaux 2G et 3G d’ici 2025, et à mettre en place un solide programme de modernisation des réseaux sud-africains. Elle a ajouté que les opérateurs de réseaux mobiles sud-africains déploieraient entièrement les réseaux mobiles de quatrième génération (4G) et de cinquième génération (5G) dans la nation arc-en-ciel d’ici 2025.

Les principaux opérateurs de télécommunications ont déjà élaboré des plans pour l’extinction de leurs réseaux 2G et/ou 3G. Dès 2019, Telkom et Vodacom affichaient déjà leur volonté de mettre un terme à leurs réseaux 2G pour afin d’affecter le spectre à des services plus innovants, offrant plus d’opportunités financières, que sont la 4G et la 5G. Plus récemment, MTN a annoncé son plan de mettre un terme à la 3G puis à la 2G à partir de 2025. Toutefois, quelques obstacles subsistent. Il s’agit notamment de la cherté des appareils compatibles avec la 4G et la 5G. De plus, les réseaux 2G et 3G restent largement utilisés pour les applications machine-to-machine et IoT (Internet des objets).

Ces mesures rentrent dans le cadre de l’objectif du gouvernement sud-africain d’accélérer l’extinction des réseaux 2G et 3G ainsi que la démocratisation du haut et de l’ultra haut débit en Afrique du Sud. Elles viennent compléter la campagne de connectivité à large bande de l’Afrique du Sud SA Connect, dont «  l’objectif est de faire en sorte que tous les Sud-Africains aient accès à l’Internet d’ici 2024  ».

Isaac K. Kassouwi

(Source : Agence Ecofin, 10 juin 2022)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)