twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

L’ARTP et le ministère de la Santé s’accordent pour l’utilisation des ondes de communication ’’en toute sécurité’’

jeudi 19 janvier 2023

L’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) et le ministère de la Santé et de l’Action sociale ont signé jeudi une convention pour parvenir à une utilisation des ondes de communication ’’en toute sécurité’’, a constaté l’Agence de presse sénégalaise (APS).

‘’Nous avons pendant des années collaboré avec l’ARTP, mais c’est aujourd’hui que nous avons l’occasion de signer une convention pour formaliser nos relations. L’objectif est de parvenir à l’utilisation des ondes de communication en toute sécurité’’, a déclaré le secrétaire général du ministère de la Santé, Alassane Mbengue.

M. Mbengue présidait l’atelier de restitution des résultats de la campagne de mesures sur l’exposition aux champs magnétiques des rayonnements non ionisants (RNI). A cette occasion, il a soutenu que ‘’la santé n’est pas leur seul apanage, mais est elle l’affaire de tous’’.

‘’La santé ce n’est pas qu’une affaire du ministère, elle va au-delà du médical. Des domaines comme celui de l’environnement sont fortement interpellés et concernés, car tout ce qui nous entoure peut avoir un impact sur notre santé’’, a-t-il expliqué, ajoutant qu’il faut accorder une attention particulière aux rayonnements non ionisants.

Pour lui, ces derniers revêtent ‘’une importance capitale, d’où la nécessité de l’exploitation optimale qui doit prendre en compte les dimensions de la sécurité et de la sureté’’.

‘’Les champs électromagnétiques dans la gamme des rayonnements non ionisants sont partout présents dans notre environnement. Ils sont soit naturels, soit artificiels comme celui créé par des équipements radioélectriques de communication’’, a-t-il insisté.

La question de l’impact des ondes sur la santé, demeure, selon M. Mbengue, ‘’une préoccupation même si pour les rayonnements non ionisants, il n’existe pas à ce jour d’études cliniques concernant la prévalence des maladies radios induites. ‘’Des travaux de laboratoire nous invitent à une prudence à observer quant aux conditions d’utilisations’’, a-t-il signalé.

Il a aussi noté que la prévention demeure le maître mot. Et celle-ci passe par des interventions relatives au contrôle régulier et de qualité des installations, aux mesures d’exposition à proximité des antennes de relai en cas de nécessité, ainsi qu’à la surveillance épidémiologique à long terme.

‘’Les populations sont exposées à différentes sources de champ électromagnétique radiofréquence dont le niveau varie en fonction de l’utilisation des services des données, des exigences des qualités de service, de l’extension de la couverture, etc.’’, a pour sa part déploré la secrétaire générale du ministère de la Communication, des Télécommunications et de l’Economie numérique, Fatou Bintou Ndiaye.

Elle a rappelé que pour limiter le danger potentiel pour l’homme, le Sénégal a appliqué le principe de précaution. ‘’Nous lançons un appel à toutes les parties prenantes de participer aux activités de la sensibilisation. Suite à la décision des lignes directrices de la commission en mars 2020, les limites d’expositions aux champs électromagnétiques applicables au niveau international ont été mis à jour et nous vous invitons à vous y conformer’’, a-t-elle ajouté.

Pour sa part, le directeur général de l’ARTP, Abdou Ly, a dit que les communications électroniques sans fil occupent une place importante dans le quotidien des personnes pour des usages domestiques, professionnels et industriels, mais sont réalisées par des émetteurs et récepteurs bandes radios utilisant les spectres des fréquences radios électriques, etc.

‘’La propagation et les propriétés de ces espaces dans les ondes libres sont productrices d’énergie électromagnétique générant des rayonnements non ionisants’’, a-t-il relevé, insistant sur l’impact des ondes électromagnétiques sur la santé, ‘’devenu l’une des préoccupations majeures des usagers et de l’Etat, soucieux du bien-être de ses concitoyens’’.

(Source : APS, 19 janvier 2023)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 16 649 296 abonnés Internet

  • 16 127 680 abonnés 2G+3G+4G (96,87%)
    • 2G : 16,79%
    • 3G : 29,09%
    • 4G : 54,12%
  • 229 722 abonnés ADSL/Fibre (1,39%)
  • 290 750 clés et box Internet (1,74%)
  • 1444 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,39%
  • Internet mobile : 98,61%

- Liaisons louées : 4 433

- Taux de pénétration des services Internet : 99,03%

(ARTP, 30 septembre 2022)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 279 856 abonnés
- 239 481 résidentiels (85,57%)
- 40 375 professionnels (14,43%)
- Taux de pénétration : 1,62%

(ARTP, 30 septembre 2022)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 20 607 679 abonnés
- Taux de pénétration : 119,79%

(ARTP, 30 septembre 2022)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik