twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Kunfabo : les ambitions d’un smartphone africain low-cost made in Guinée

mercredi 18 juillet 2018

99$ le smartphone. C’est le projet de la guinéenne Fadima Diawma, férue de nouvelles technologies. Le concept social et low-cost de la marque Kunbafo -Quoi de neuf depuis le temps ? en Malinké, l’une des langues nationale du pays- n’entend pas pour autant déroger au soucis de qualité du produit. Une page de lancement vient d’être créée pour attirer les investisseurs africains et financer le projet.

Favoriser l’inclusion numérique et proposer des produits à l’image de son continent, c’est l’ambition de Fadima Diawma, et c’est ce qui l’a poussé à se lancer dans la fabrication de téléphones mobiles. « Étant Africaine, je ne me vois pas utiliser un smartphone Apple ou Samsung. J’ai lancé Kunfabo car je me suis dit que les smartphones produits par les géants de la téléphonie mobile ne nous représentaient pas vraiment ». Une idée forte, qui s’accompagne de plusieurs innovations que Fadima souhaite développer. Pour démarrer la production des appareils en quantité, elle estime à 100 000€ le montant nécessaire. Un montant qu’elle peut espérer obtenir grâce au crowfunding si 1 000 personnes participent à hauteur de 99€. Sur sa landing page, 850 personnes sont encore attendues pour lancer sa campagne de collecte de fonds.

À la recherche d’investissements africains

Si Fadima Diawma mise sur une marque de téléphones mobiles africaine, « C’est parce que les fabricants de smartphones utilisent l’Afrique pour écouler leurs produits. Au Congo, tout le monde sait ce qu’il se passe. Pour le moment, j’avance sur mes fonds propres et il est très difficile de sortir de ce qui se fait en terme de batterie. Mais pourquoi ne pas les substituer à quelque chose de plus écologique ne provenant pas de cette souffrance là ? ».

Le smartphone Kunfabo sera doté d’un système d’exploitation Android 6 et disposera d’un grand écran et d’une couverture 4G dans un design sobre et fonctionnel. « Il sera en mesure d’accueillir une carte mémoire SD de 32 Go, bien plus utilisée que le cloud en Afrique. La mémoire interne sera comprise entre 8 à 15 Go et le smartphone sera débloquée », précise la CEO.

« Nous essayons d’obtenir un maximum d’inscriptions pour lancer notre crowdfunding. Nous sommes à la recherche d’investissements ; un investisseur africain serait beaucoup plus intéressant car il connaitra les réalités du marché, du terrain », explique Fadima Diawma. Le smartphone et la montre connectée Kunbafo seraient assemblés en Guinée, avec des pièces de provenance chinoise. C’est aussi en Guinée que Fadima Diawma souhaite installer le siège de Kunbafo pour envisager un déploiement vers le Sénégal, le Mali et le reste de la région ; « C’est une question de santé publique pour certains villages aux confins de la Guinée. Il est urgent que chacun puisse capter la connexion internet partout. Kunbafo a pour ambition d’inonder l’Afrique d’une téléphonie moins coûteuse, dont l’intérêt premier serait d’offrir un service numérique à la population », explique l’entrepreneure.

Smartphone social

Après ses études de droit à Conakry, Fadima Diawma s’installe en Espagne. À l’époque, elle n’a que 23 ans et cumule apprentissage de la langue et petits jobs. Après deux ans de formation en comptabilité, un poste chez Vueling et un job dans une entreprise de grossistes, elle démissionne et évoque son déclic ; « Je voulais faire quelque chose d’utile, qui peut aider d’autres personnes, me lancer dans l’entrepreneuriat social. En Espagne, les gens se sont beaucoup intéressé à mon projet. C’est une initiative qui pourrait dépasser les frontières africaines, car certains en ont marre de dépenser autant pour un téléphone », explique t-elle.

Avec Kunfabo, elle souhaite s’adresser aux détenteurs de smartphones ainsi qu’à ceux qui n’en ont jamais eu ; « Mon objectif, c’est que jusqu’au fin fond de l’Afrique, tout le monde puisse avoir accès aux technologies. Il est très important que chacun puisse avoir accès à la localisation de points médicaux ». Pour développer cette technologie, Fadima souhaite travailler main dans la main avec des « développeurs africains à l’énorme potentiel de création ». Elle compte aussi sur l’aide de ses deux collaborateurs ; « L’un est spécialisé en crowdfunding et en marketing réseaux, le second me soutien dans mes recherches de fonds auprès d’investisseurs privés ainsi que dans la mise en lèvre du business plan et de la viabilité du projet ». Mais une chose est sûre, pour Fadima Diawma, l’amélioration et la performance des appareils devront toujours garder l’esprit de la marque Kunfabo low-cost.

Marion Delpech

(Source : La Tribune Afrique, 18 juillet 2018)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)