twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Kenya : pour Safaricom, la 5G n’est pas une priorité immédiate

mercredi 30 décembre 2020

S’assurer que tous les Kenyans accèdent d’abord à des services télécoms de qualité par la 3G et la 4G est le choix stratégique qu’a fait Safaricom. Alors que son partenaire technologique Huawei est toujours sous pression américaine, la société ne veut prendre aucun risque.

Selon Peter Ndegwa (photo), le PDG de Safaricom, le lancement immédiat de la 5G n’est pas pour demain chez l’opérateur de téléphonie mobile. Bien que la société télécoms vient d’achever la phase d’expérimentation de la technologie mobile, elle estime toutefois qu’il y a encore beaucoup à faire sur son réseau actuel pour améliorer l’accès des populations à des services de qualité.

« Nous l’avons testé (5G) dans ce pays. Nous discuterons du spectre avec le gouvernement en arrière-plan. Mais en termes d’immédiateté, nous n’avons pas l’intention à ce stade d’aller sur la 5G à court terme […] Il nous reste encore tellement de marge pour exploiter et utiliser pleinement la 4G avant de passer à la 5G », a déclaré Peter Ndegwa.

La 4G, lancée en 2015, avait fait exploser les revenus data de Safaricom qui étaient passés de 9,3 milliards de shillings (85 millions USD) en 2014 à 40,7 milliards de shillings fin mars 2015. Actuellement, 77% de la population kenyane est couverte par des stations de base 4G. Hormis la 4G, Safaricom voit également des marges à saisir dans la 3G. La société télécoms veut faire totalement migrer ses abonnés 2G vers la 3G.

La décision de Safaricom de ne pas investir immédiatement dans la 5G intervient alors que Huawei, le partenaire technologique choisi pour déployer le réseau ultra haut débit, rencontre toujours des difficultés dans ses activités avec la guerre technologique que lui livrent les Etats-Unis depuis mai 2019. Plusieurs marchés européens d’envergure lui ont d’ailleurs fermé leur porte.

(Source : Agence Ecofin, 30 décembre 2020)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 154 400 abonnés Internet

  • 14 826 621 abonnés 2G+3G+4G (98,76%)
    • 2G : 22,99%
    • 3G : 41,61%
    • 4G : 35,40%
  • 186 225 abonnés ADSL/Fibre (1,24%)
  • 139 205 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 349 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 4 019

- Taux de pénétration des services Internet : 90,71%

(ARTP, 31 mars 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 236 763 abonnés
- 195 398 résidentiels (82,53%)
- 41 365 professionnels (17,47%)
- Taux de pénétration : 1, 41%

(ARTP, 31 mars 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 420 501 abonnés
- Taux de pénétration : 116,25%

(ARTP, 31 mars 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)