twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Kenya : les prêts bancaires via le mobile font face à la hausse des taxes

mardi 6 juillet 2021

Les microcrédits ont été une solution pour des personnes ne pouvant pas accéder à des prêts bancaires classiques au Kenya. Cependant, ce business qui sert à toutes les parties prenantes doit désormais faire face à une hausse des frais, du fait de l’introduction d’un droit d’accise.

Au Kenya, les prêts d’argent via le téléphone mobile font face depuis le 1er juillet à la hausse des frais. Sur la page Web qui est dédiée à ce type de service pour Kenya Commercial Bank, l’une des plus importantes du pays en termes de volume des actifs, les usagers ont appris depuis vendredi que les frais à payer par les emprunteurs sont désormais de 8,64% par mois. Au mois de juin dernier, ils étaient à 7,4%.

Cette situation résulte de l’entrée en vigueur d’un nouveau droit d’accise récemment validé par le Parlement et qui permet au gouvernement de prélever 20% de taxes sur chacune des transactions de prêts effectuées par le mobile. Le gouvernement dit avoir introduit cette mesure, pour réguler un secteur qui a connu l’arrivée de nombreuses sociétés de microcrédits, avec comme conséquence, une hausse de l’endettement de petits emprunteurs.

Au Kenya, le coronavirus a laissé de nombreuses personnes sans revenu après que de nombreuses activités ont été mises à l’arrêt, du fait des confinements décidés pour contrer la propagation de la maladie. Plusieurs ménages et petits entrepreneurs se sont rués vers les microcrédits, afin de relancer leurs activités ou financer leurs consommations, en attendant une reprise globale de l’économie locale.

Le gouvernement du Kenya se trouve face à des arbitrages complexes. Il a sollicité de nouveau l’appui du Fonds monétaire international pour soutenir sa liquidité extérieure. Mais l’institution de Bretton Woods exige aussi que soient menées des réformes qui permettraient notamment de mobiliser plus de ressources locales. Pour s’y conformer, le gouvernement a introduit de nombreuses taxes.

Mais les conséquences sur l’économie réelle se font ressentir. Le niveau des prix des biens est actuellement à son niveau le plus élevé depuis 18 mois. Cela plonge le marché du crédit dans un cercle vicieux. La hausse des prix pousse les banques à vouloir des intérêts élevés et inversement, réduit les demandes de cash par les consommateurs et les investisseurs.

(Source : Agence Ecofin, 6 juillet 2021)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)