twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Kenya : le parlement veut contraindre les opérateurs télécoms à séparer leurs activités télécoms et bancaires

samedi 30 mars 2019

Les députés kényans envisagent actuellement de séparer les activités télécoms et bancaires des opérateurs de téléphonie mobile dans un souci, disent-il, de transparence et d’équité du marché. Les commissions parlementaires des TIC et des Finances ont été chargées à cet effet par le vice-président du Sénat, Kithure Kindiki, d’examiner les textes de lois qui encadrent les services financiers afin de déterminer dans quelle mesure les soumettre à une réglementation complète de la Banque centrale du Kenya (CBK).

La question autour de la séparation des activités télécoms et financières des sociétés télécoms a toujours suscité un débat passionné entre les acteurs du secteur bancaire et ceux des télécommunications. Si les premiers estiment que les opérateurs télécoms leur font une concurrence déloyale en investissant déjà leur secteur d’activité et en proposant de surcroît des services financiers à des coûts en deçà de la réglementation, les seconds se réclament toujours d’être à l’origine de l’accroissement significatif du taux d’inclusion financière à travers le pays et exigent d’être rangés dans un régime spécial, au regard du support de base de leur activité qui demeure le mobile.

Les opérateurs télécoms du Kenya ne sont pas les seuls en Afrique à faire face à cette pression du secteur bancaire pour une réglementation plus stricte de leurs activités de finance sur mobile. Au Burundi, en 2017, la Banque centrale a demandé aux opérateurs Lumitel, Econet et Smart de créer des sociétés autonomes qui exploiteront leurs services financiers. En 2015, la Tanzanie avait déjà procédé à cette séparation à travers sa National Payment Systems Act et l’Electronic Transactions Act.

(Source : Agence Ecofin, 30 mars 2019)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)