twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Kenya : le gouvernement installera un système de contrôle sur tous les téléphones mobiles actifs pour bloquer les contrefaçons

lundi 20 février 2017

L’Autorité des communications du Kenya (CAK) a demandé, aux opérateurs de téléphonie mobile présents sur le marché télécoms local, un accès aux appareils présents sur leur réseau afin de combattre la contrefaçon et la fraude télécoms. A travers cet accès aux téléphones mobiles de près de 50 millions d’abonnés, le régulateur télécoms compte y introduire un système de gestion des périphériques (DMS). La nouvelle a immédiatement suscité la désapprobation de nombreux médias locaux qui y voient une manière pour l’Etat de contrôler les communications des populations.

Francis Wangusi (photo), le directeur général de la CAK, a vivement démenti ces allégations. D’après lui, le système DMS qu’installera Broadband Communications Ltd, en accord avec les opérateurs et les associations de protection des consommateurs, n’accèdera pas aux appels, SMS et autres données personnelles des abonnés. Il comparera la base de données des opérateurs télécoms avec celle du régulateur télécoms afin de dénicher les appareils mobiles contrefaits qui figurent sur la liste noire de la CAK. L’opération permettra aussi de traquer les cartes SIM non identifiées encore en activité. Ce sont les opérateurs télécoms qui auront alors la responsabilité de bloquer les utilisateurs hors-la-loi sur leur réseau, souligne Francis Wangusi.

Selon les explications du patron de la CAK, « les opérateurs mobiles nous disent qu’ils n’ont aucun téléphone contrefait sur leur réseau, mais quand nous nous rendons dans leurs locaux pour les inspections et les exercices de conformité, nous retrouvons beaucoup de gens avec des appareils non conformes et même des cartes SIM pré-activées […] Les pays voisins ont déjà écrit à l’Autorité pour se plaindre des volumes de trafic illégal provenant du Kenya. Cela pose un défi dans la mise en œuvre effective du réseau unique pensé par les États membres du corridor nord ».

Contrôler les téléphones mobiles des abonnés, sans intrusion dans leur vie privée, la CAK estime qu’il lui permettra de remporter définitivement le combat contre la contrefaçon de ces appareils, les numéros non identifiés actifs et le phénomène de fraude télécoms par Simbox.

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 20 février 2017)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)