twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Kenya : l’Etat contraint de laisser Telkom gérer le réseau national de fibre optique faute d’argent pour l’assurer

jeudi 27 mai 2021

La gestion financière de la phase 1 du réseau national de fibre optique continue à susciter des inquiétudes au Kenya. Si l’infrastructure télécoms perdure entre les mains de Telkom, sans orientations claires, le gouvernement kényan pourrait perdre davantage d’argent au fil du temps.

Katherine Getao, la directrice générale de l’Autorité des technologies de l’information et de la communication (ICTA) du Kenya, a révélé les raisons pour lesquelles l’opérateur de téléphonie mobile Telkom Kenya demeure jusqu’à présent le gestionnaire de la phase 1 de l’infrastructure nationale de fibre optique (NOFBI 1), bien que son contrat ait expiré depuis 2016.

Dimanche 25 mai, lors d’une rencontre à laquelle a pris par Jerome Ochieng, le secrétaire principal aux TIC, Katherine Getao a expliqué au Comité des comptes publics (PAC) de l’Assemblée nationale que la situation découle d’une absence de moyens financiers du gouvernement pour assurer lui-même la maintenance de l’infrastructure télécoms.

« Nous collectons actuellement des redevances auprès des opérateurs télécoms qui utilisent NOFBI 2, mais nous n’avons pas été en mesure d’obtenir un contrat de gestion pour la phase 1 qui est exploitée par Telkom Kenya. Nous avons besoin d’argent pour reprendre et exploiter NOFBI 1 », a déclaré Katherine Getao qui souligne que le gouvernement ne paye pas pour l’utilisation de l’infrastructure. Elle a indiqué que l’ICTA peut reprendre à Telkom la gestion si les fonds de maintenance proviennent de la commercialisation complète des capacités ou si le Trésor public alloue un budget à cet effet.

Les déclarations de Katherine Getao font suite aux inquiétudes qu’avait soulevées Nancy Gathungu, l’auditrice générale du Kenya, en février 2021. Dans son dernier rapport destiné au ministère des TIC, de l’Innovation et de la Jeunesse, elle dénonçait une fois de plus l’opacité autour de la gestion du NOFBI 1, déployé dès 2005 pour interconnecter les 47 comtés du pays et fournir aux populations un accès au haut débit, en plus de soutenir la numérisation de la société. Telkom avait été choisi pour assurer sa gestion et sa maintenance contre un paiement mensuel de 20,3 millions de shillings (environ 190 000 USD).

Si la gestion du NOFBI 1 demeure entre les mains de Telkom et que l’entreprise continue à ne pas reverser au Trésor les redevances y afférentes, le Kenya court le risque de ne pas rentrer dans ses coûts d’investissement. Le pays avait contracté un emprunt de plus de 25 millions USD auprès d’Exim Bank of China. L’argent devait être remboursé avec les revenus issus de la commercialisation de l’excédent de capacités.

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 27 mai 2021)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 154 400 abonnés Internet

  • 14 826 621 abonnés 2G+3G+4G (98,76%)
    • 2G : 22,99%
    • 3G : 41,61%
    • 4G : 35,40%
  • 186 225 abonnés ADSL/Fibre (1,24%)
  • 139 205 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 349 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 4 019

- Taux de pénétration des services Internet : 90,71%

(ARTP, 31 mars 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 236 763 abonnés
- 195 398 résidentiels (82,53%)
- 41 365 professionnels (17,47%)
- Taux de pénétration : 1, 41%

(ARTP, 31 mars 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 420 501 abonnés
- Taux de pénétration : 116,25%

(ARTP, 31 mars 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)