twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Kenya : Vers une scission de Safaricom ?

lundi 30 novembre 2020

Au Kenya, on pourrait assister au cours des prochains mois à une scission de l’opérateur télécoms national Safaricom. C’est en tous cas la proposition qui a été formulée par certains sénateurs, qui estiment que cette mastodonte devrait être divisée en deux sociétés : Mobile Services et M-PESA. De ce fait, Mobile services ne devrait se consacrer que sur les services de télécommunications, tandis que M-Pesa devrait se recentrer exclusivement sur le mobile money.

« Le marché n’est plus compétitif. Les autres opérateurs devraient être autorisés à opérer, en donnant à l’opérateur dominant son droit, mais aussi en permettant aux autres d’opérer, et en permettant l’innovation dans le pays« , explique la sénatrice Petronilla Were du comité des TIC. Elle ajoute que les conditions de concurrence devraient être égales pour les sociétés telles que Telkom et Airtel Kenya, qui opèrent à la merci de Safaricom, car elles lui doivent des milliards de shillings.

Elle est rejoint dans cette perspective par le sénateur Irungu Kang’ata qui trouve injuste qu’ »au Kenya, vous avez une situation où un seul acteur dicte combien vous allez payer pour les paquets de données, pour les appels et le service de messages courts parce qu’il contrôle près de 90 % du marché« .

Il ajoute : « Dans une telle situation, je ne prévois pas qu’une autre entité se développe. Nous n’allons pas créer plus d’emplois et d’innovations dans cette industrie à cause de la domination d’une seule entité ».

Le sénateur Enock Wambua a pour sa part demandé à Safaricom de confirmer s’il s’agit d’une société de communication ou d’une institution bancaire. « Je suggère que Safaricom soit divisée en deux. Safaricom la société de communication, réglementée par l’Autorité de communication du Kenya (CAK), et la division M-Pesa réglementée par la Banque centrale du Kenya« , précise le sénateur.

Jephté Tchemedie

(Source : Digital Business Africa, 30 novembre 2020)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 154 400 abonnés Internet

  • 14 826 621 abonnés 2G+3G+4G (98,76%)
    • 2G : 22,99%
    • 3G : 41,61%
    • 4G : 35,40%
  • 186 225 abonnés ADSL/Fibre (1,24%)
  • 139 205 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 349 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 4 019

- Taux de pénétration des services Internet : 90,71%

(ARTP, 31 mars 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 236 763 abonnés
- 195 398 résidentiels (82,53%)
- 41 365 professionnels (17,47%)
- Taux de pénétration : 1, 41%

(ARTP, 31 mars 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 420 501 abonnés
- Taux de pénétration : 116,25%

(ARTP, 31 mars 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)