twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Kenya : Safaricom veut négocier un aménagement fiscal dans le cadre de son projet de scission avec M-Pesa

lundi 9 janvier 2023

L’opérateur télécoms a indiqué vouloir discuter avec le gouvernement actuel en vue d’obtenir des dérogations fiscales pour mener à bien la séparation de ses activités de télécommunications d’avec celles de services financiers. Au Kenya, l’opérateur de télécommunications Safaricom veut bénéficier d’exonérations fiscales, parmi lesquelles, la taxe sur les gains en capitaux, passée de 5% à 15% en 2023, afin de mener son projet de séparation d’avec son activité de mobile banking M-Pesa.

Le média local Business Daily Africa, dans un article paru ce lundi 9 janvier, a exposé les craintes de Safaricom de se voir imposer le paiement de taxes en cas de scission avec M-Pesa, par la Kenya Revenue Authority (KRA), l’autorité en charge de la collecte des recettes fiscales pour le compte du gouvernement.

Peter Ndegwa, directeur général du géant est-africain des télécoms, avait clairement laissé entendre qu’il cherchera à obtenir des dérogations fiscales auprès du gouvernement dans le cadre de cette initiative. Sauf que, l’actuel président, William Ruto, a promis d’être rigoureux dans la collecte des recettes fiscales et a demandé aux responsables en charge de cette activité de veiller à ce que tout le monde paye. D’ailleurs, l’administration fiscale s’attend à collecter près de 500 milliards de shillings kényans (4 milliards $) d’ici juin 2023, et à porter à la hausse ce montant au cours des prochaines années.

Cette situation serait donc de nature à freiner, sinon entraver le projet de séparation de Safaricom d’avec M-Pesa. Rappelons que l’opposition au parlement kényan avait déposé courant 2017, un projet de loi appelant à la scission de Safaricom et son activité de mobile money. Cette séparation avait été motivée par des soupçons d’abus de position par Safaricom sur le marché kényan, et aussi l’octroi de services bancaires via M-Pesa, sans au préalable disposer de licences.

Alors que la demande d’exonérations fiscales de Safaricom est déposée, le conseil d’administration de l’entreprise n’a pas encore approuvé la scission des activités de télécommunications de Safaricom de ses activités bancaires. Toutefois, la direction de l’institution dit travailler en ce sens.

Chamberline Moko

(Source : Agence Ecofin, 9 janvier 2023)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 16 649 296 abonnés Internet

  • 16 127 680 abonnés 2G+3G+4G (96,87%)
    • 2G : 16,79%
    • 3G : 29,09%
    • 4G : 54,12%
  • 229 722 abonnés ADSL/Fibre (1,39%)
  • 290 750 clés et box Internet (1,74%)
  • 1444 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,39%
  • Internet mobile : 98,61%

- Liaisons louées : 4 433

- Taux de pénétration des services Internet : 99,03%

(ARTP, 30 septembre 2022)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 279 856 abonnés
- 239 481 résidentiels (85,57%)
- 40 375 professionnels (14,43%)
- Taux de pénétration : 1,62%

(ARTP, 30 septembre 2022)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 20 607 679 abonnés
- Taux de pénétration : 119,79%

(ARTP, 30 septembre 2022)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik