twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Kenya : Safaricom dénonce le projet d’augmentation des taxes sur les opérations de transfert d’argent

mardi 19 juin 2018

L’opérateur téléphonique kényan, Safaricom, dénonce le projet d’augmentation des frais sur les transferts d’argent via mobile, proposé par le ministre des Finances du pays, Henry Rotich. Celui-ci propose de relever les taxes de 10% à 12% pour augmenter les recettes publiques.

Safaricom, le plus grand opérateur de téléphonie mobile du Kenya, oppose son niet à une proposition de hausse des taxes sur les opérations de transfert d’argent via la téléphonie mobile, voulue par les autorités de Nairobi. L’information rapportée par Reuters émane du directeur financier de l’opérateur, Sateesh Kamath qui dénonce une volonté de décourager, de nuire au développement des systèmes de paiement modernes.

« L’augmentation des taxes sur les transferts d’argent mobile aura un impact négatif sur les services de transferts et les paiements mobiles et ralentira les efforts du gouvernement vers une économie numérisée », a déclaré le directeur financier de Safaricom.

La sortie de ce dernier fait suite au discours du ministre des Finances, Henry Rotich, il y a une semaine lors des débats sur le budget, où il avait avancé l’idée de revoir à la hausse les taxes sur les transferts mobiles de 10% à 12% dans le cadre de mesures plus larges visant à augmenter les recettes publiques de 27,5 milliards shillings (environ 272 millions de dollars). Cette revue à la hausse proposée devra inclure une nouvelle taxe « Robin Hood » de 0,05% applicable sur les virements bancaires de plus de 500 000 shillings (près de 5000 dollars) et qui devrait être redirigée au financement d’une couverture maladie universelle.

Des taxes pour les pauvres

Ces propositions sont étonnantes d’autant plus que le gouvernement encourage les transactions numériques pour réduire les risques de fraude. Aussi, le directeur financier de Safaricom estime que de telles mesures affecteraient surtout les moins bien nantis au Kenya, sachant que ce sont les principaux usagés des services de transfert mobiles comme M-Pesa de Safaricom. Celui-ci totalise près de 27,8 millions d’utilisateurs sur une population de 45 millions. Le modèle a même fait des émules dans la sous-région avec l’émergence d’acteurs majeurs dans ce type de transferts comme Wari au Sénégal.

Maimouna Dia

(Source : La Tribune Afrique, 19 juin 2018)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)