twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Kenya : Les critiques s’élèvent pour dénoncer la loi sur la vidéosurveillance

vendredi 16 août 2019

Au Kenya , le gouvernement est depuis quelques semaines la cible de vives critiques formulées par les ONG. En cause, une proposition de loi publiée en juillet 2019, portant sur l’installation de caméras de surveillance sur tous les sites publics du pays. Selon le ministère kenyan de l’Intérieur, la mesure visera à rendre l’espace public national plus sécurisé, et permettra dans le même temps de documenter certaines infractions, ou des actes répressifs beaucoup plus grave. Pour le gouvernement, cela pourrait être encore bien plus utile, notamment pour prévenir même les attentats terroristes.

Mais seulement, ces explications ne suffisent pas à rassurer les organisations de défenses des droits humains. En premier, Amnesty international dont la branche kenyane a publié une note d’alerte qui avertit sur les éventuelles dérives qu’un tel dispositif pourrait entrainer. Dans son argumentaire, l’ONG prend le cas de Chine où un dispositif similaire est installé. Et dans ce pays, il sert davantage à surveiller les civils, et particulièrement les dissidents. En cas de simple participation à une manifestation anti-régime, les manifestants peuvent être ainsi fichés et sur cette base, harcelés par les autorités.

En plus de cet aspect, Amnesty s’inquiète également de la protection de la vie privée des civils. En effet, il n’existe pas encore au Kenya une loi qui garantisse la protection des données personnelles. S’il est vrai que des propositions dans ce sens ont déjà été déposées à l’Assemblée nationale, il est tout aussi vrai que ces propositions n’ont jamais abouti, et ne sont restés qu’à la phase des discussions. Ce qui implique que le pays est dépourvu de tout cadre légal dans ce sens, et les vidéos obtenues par les caméras peuvent finir en possession de toutes personnes mal intentionnées qui pourraient les utiliser pour nuire à autrui.

Quoi qu’il en soit, ces réticences n’ont pour l’instant pas entamé la détermination des autorités kenyanes qui poursuivent le projet d’installation des caméras en question. Selon le ministère de l’Intérieur, au cours des semaines à venir, tous les lieux publics du pays seront truffés de caméras. Y compris les hôpitaux, les jardins publics et les rues.

Jephté Tchemedie

(Source : Digital Business Africa, 16 août 2019)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)