twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Kenya : Facebook annonce l’ouverture de son tout premier centre africain de révision de contenu, à Nairobi

vendredi 8 février 2019

Le réseau social américain Facebook a dévoilé le 7 février 2019 son projet d’ouvrir son tout premier centre de révision de contenu d’Afrique subsaharienne.

L’infrastructure qui sera basée à Nairobi au Kenya, aura pour rôle l’évaluation des posts, la vérification des faits publiés, conformément à l’engagement international pris par la plateforme de combattre les fausses nouvelles et la désinformation, sources d’incitation à la violence et vecteur de propagation de la haine.

En juillet 2018, le porte-parole de Facebook indiquait sur la chaîne de télévision américaine CBCN que « réduire la désinformation - plutôt que de l’éliminer - établit le juste équilibre entre la liberté d’expression et une communauté sûre et authentique ».

En Afrique où le volume de fake news va croissant, l’investissement de Facebook est une réponse aux inquiétudes des internautes qui ne savent plus à quelles informations se fier. Une situation qui risque à terme de porter atteinte à la crédibilité du réseau social.

Le centre de révision, Facebook indique qu’il emploiera 100 réviseurs d’ici la fin de l’année. Il prendra en charge des contenus dans diverses langues, notamment le somali, l’oromo, le swahili, le haoussa.

Selon Ebele Okobi, la directrice des politiques publiques de Facebook pour l’Afrique, l’ouverture du centre de révision de contenu souligne « notre engagement à servir la communauté des utilisateurs de nos plateformes en Afrique, ainsi que notre engagement à continuer à y investir ».

Aujourd’hui, Facebook indique qu’il travaille pour la révision de contenu - en plus de ces propres équipes - avec des sous-traitants dans le monde entier, ainsi qu’avec 27 partenaires tiers pour la vérification des faits.

Au-delà de l’expertise humaine, la société fait appel à l’intelligence artificielle et aux technologies d’apprentissage automatique pour identifier les contenus préjudiciables.

(Source : Agence Ecofin, 8 février 2019)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)