twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Kenya : Devant la pression américaine, Safaricom reporte le lancement de sa 5G avec Huawei

mardi 5 janvier 2021

Au Kenya, les abonnés de l’opérateur Safaricom qui espéraient profiter prochainement de l’expérience 5G devront patienter encore un peu. L’opérateur a en effet annoncé le report de ce lancement, bien que la phase des tests ait été achevée avec succès.

Pour comprendre l’origine de ce report, il faudrait rentrer dans le contexte de guerre économique que se livrent les Etats-Unis et la Chine. Ainsi, les Etats-Unis exercent une pression maximale sur leurs alliés du monde entier pour les dissuader de faire affaire avec les entreprises chinoises, dont Huawei, qui est sous le coup d’énormes sanctions aux Etats-Unis.

L’entreprise chinoise a d’ailleurs de ce fait perdue d’énormes contrats sur le déploiement de la 5G en Europe, et accompagnait jusqu’ici le gouvernement kenyan dans son programme. C’est d’ailleurs Huawei qui a construit l’infrastructure 5G de Safaricom.

Devant la pression américaine dont les autorités évoquent au passage des problèmes de sécurité, le gouvernement kenyan a dû faire rétropédalage, et reporté le lancement prévu de la 5G dans les principaux centres urbains du pays. A la place, le patron de Safaricom a dit vouloir se concentrer sur une utilisation maximale du spectre de la 5G.

« Nous l’avons testé (la 5G) dans ce pays. Nous discuterons du spectre avec le gouvernement en arrière-plan. Mais en termes d’immédiateté, nous n’avons pas l’intention à ce stade d’aller gros sur la 5G à court terme. Il nous reste encore tellement de marge pour exploiter et utiliser pleinement la 4G avant de passer à la 5G », affirme Peter Ndegwa, PDG de Safaricom. Une position qui en dit long sur le contexte.

Jephté Tchemedie

(Source : Digital Business Africa, 5 janvier 2021)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)