twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Karim Wade voulait la licence de Sentel

mercredi 9 mars 2005

Bien avant que le journal le quotidien ne révèle l’implication de Karim Wade au sein de Maroc Télécom, le fils Wade voulait déboulonner Sentel et s’octroyer avec ses amis marocains la dite licence. Nous sommes le 12 octobre le gouvernement du Sénégal annonce qu’il va dépouiller Sentel de son permis de fonctionnement de mobilophone. Dans un rapport court, le gouvernement a allégué que la compagnie n’avait pas respecté ses engagements et qu’il allait refaire un avis d’appel d’offres international.

Sentel qui est une filiale de cellulaire international Luxembourg basé de Millicom, s’est vu attribué le deuxième permis mobile du pays après une offre internationale en juillet 1998, sous le gouvernement du Président Abdou Diouf.

Dans une conférence de presse 16 octobre avait allégué que Sentel n’avait pas payé ses redevanceset n’a pas resepcter ses engagements, en termes d’assurance et communication d’information financière.

La compagnie a dit qu’elle a arrangé tous les honoraires de permis et investi plus de 2% de ses investissements dans le R&d comme indiqué dans le contrat. La compagnie a ajouté que Sentel a davantage satisfait la qualité du service exigée par le contrat" et a régulièrement transmis à l’Etat « l’information financière et technique" requise.

Il semble que la décision de retrait du permis de Sentel a été prise directement par le cabinet du Président, sans aucune consultation de l’organisme de normalisation. "Nous avons été très étonnés, puisque nous n’avons rien entendu au sujet d’une décision par le Governement concernant Sentel », a dit Cheikh Tidiane Ndiongue du DERPT du ministère de culture et communication. Le chef d’Etat, Wade d’Abdoulaye, a dit plusieurs fois que le Sénégal avait été escroqué dans cette affaire, citant les sommes que le Maroc et la Mauritanie avaient obtenu pour des permis de mobilophone. Selon le ministre de communication, la décision du gouvernement est basée sur le gouvernement "doctrine" pour sauvegarder les intérêts du pays. Il a dit que la manière avec laquelle SONATEL a obtenu son permis de mobilophone relèverait de l’examen minutieux aussi bien.

Mais derrière cet argument du gouvernement, à l’époque se cachait le jeu de Karim Wade qui défendait les intérêts de Maroc Télécom. Par la suite, un arrangement a été trouvé entre l’Etat et Sentel. Et la société pour être dans les bonnes grâces présidentielles est devenue depuis lors sponsor de la fille de Wade, Sindjély.

Sources : Lettre du Continent et Balancing Act

(Confidentiel, 9 mars 2005)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)