twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Karim Mbengue, Directeur de la communication et des relations extérieures de Sonatel : "Sonatel est une entreprise sous pression fiscale"

vendredi 20 novembre 2015

Le directeur de la communication et des relations extérieures de Sonatel a pris la parole pour revenir sur la relation tendue entre son entreprise et des collectivités locales. Karim Mbengue a notamment déploré devant le ministre de la gouvernance locale, du développement et de l’aménagement du territoire, Abdoulaye Diouf Sarr la pression fiscale que certaines collectivités locales exercent sur son entreprise.

Lors de cette rencontre, le directeur de la communication et des relations extérieures de Sonatel a déploré la pression fiscale exercée sur le groupe Sonatel. Selon lui, contrairement à ce qui disent certaines, « la Sonatel est une entreprise qui respecte les lois de ce pays (ndlr Sénégal) ». Et, son refus de payer des montants que lui réclament certaines collectivités locales est lié au fait que « ces montants ne sont pas calculés sur la base de la loi 2005, texte en vigueur en la matière ».

« Certaines collectivités locales réclament à la Sonatel des montants exorbitants qui n’ont pas été fixés sur la base des textes réglementaires. On a même vu des collectivités locales réclamaient à la Sonatel des sommes qui datent de 1978 », regrette-t-il tout en précisant : « La Sonatel ne refuse pas de payer ses taxes. Elle est la première entreprise du pays en termes de chiffres d’affaires, du résultat net. C’est l’entreprise la plus visible, elle ne peut pas ne pas payer ses taxes. D’ailleurs, lorsqu’on regarde dans le fond des incompréhensions avec les collectivités locales, c’est un décret de 2005 fixant les redevances d’occupation du domaine public qui est à la base de cette polémique. Mais au fond, les collectivités sont d’accord avec nous pour souligner la nécessité de mettre à jour ce texte ».

Par ailleurs, Karim Mbengue, a déploré le comportement de certaines collectivités locales qui exigent à la Sonatel de présenter des documents justifiants de la présence de ses équipements dans leurs communes. Selon lui, cette démarche vise seulement à polluer l’atmosphère, dans la mesure où l’installation de la plupart de ces équipements en question datent de la période d’avant la naissance de la Sonatel en 1985 avec la fusion de l’Office des postes et télécommunications du Sénégal. Selon lui, toutes les communes qui ont présenté des montants calculés sur la base du décret 2005, ont vu leur ordre de recettes soldé.

« Nous sommes pour le dialogue. La Sonatel est une entreprise qui fait la fierté nationale. En lieu et place du dialogue, certaines collectivités locales préfèrent intenter des procédures judiciaires contre la Sonatel. Cette démarche n’est pas souhaitable parce qu’elle nous fait perdre du temps à nous tous mais aussi porte atteinte à l’image de Sonatel qui est coté en bourse », ajoute encore le directeur de la communication et des relations extérieures du groupe tout en précisant que la Sonatel a versé près de 170 milliards pour le paiement des taxes de 2010 à nos jours.

Leçon de l’AMS à la SONATEL sur le domaine national

Argument pour argument ! Prenant, la parole à la suite du directeur de la communication et des relations extérieures de la Sonatel, Me Ndiaye, avocat de l’Association des maires du Sénégal (Ams) a défendu le bienfondé de la requête des élus locaux.

Expliquant que le différend entre les deux réside dans l’interprétation fait sur le domaine public, Me Ndiaye a toutefois indiqué que les élus locaux sont dans leur droit. Selon lui, c’est le groupe dirigé par Alioune Ndiaye qui ne fait pas une « bonne interprétation de la loi sur le domaine nationale en refusant de payer la fameuse redevance pour occupation du domaine nationale à certaines collectivités locales ».

« Le groupe Sonatel considère que la zone rurale appartient au domaine national. Cela est faux ! Car, la loi 76-66 du 2 juillet 1966 qui définisse le domaine public a été très claire concernant l’occupation de ce domaine public de l’Etat.

La Sonatel ne peut pas se lever et installer n’importe comment ses équipements et après refuser de payer la taxe sous prétexte de la loi sur le domaine national. La loi a été très claire, là-dessus. Avant toute occupation du domaine public, la Sonatel doit impérativement adresser une correspondance aux collectivités locales. Ensuite, le conseil municipal délibère mais jusqu’ici, la Sonatel ne le fait pas. Aucune surface qui abrite ses installations n’a fait objet d’une délibération d’un conseil municipal », informe-t-il avant de plaider lui-aussi pour la révision des textes.

Nando Cabral Gomis

(Source : Sud Quotidien, 20 novembre 2015)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 263 263 263 264 264 264 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 19 266 179 abonnés Internet

  • 18 595 500 abonnés 2G+3G+4G (96,58%)
    • 2G : 12,95%
    • 3G : 24,60%
    • 4G : 62,45%
  • 334 642 abonnés ADSL/Fibre (1,71%)
  • 334 875 clés et box Internet (1,71%)
  • 1162 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,74%
  • Internet mobile : 98,26%

- Liaisons louées : 3971

- Taux de pénétration des services Internet : 106,84%

(ARTP, 30 septembre 2023)

- Débit moyen de connexion mobile : 23, 10 Mbps
- Débit moyen de connexion fixe : 21, 77 Mbps

(Ookla, 31 janvier 2023)


- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 56,70%
(Internet World Stats 31 décembre 2021)


- + de 10 000 noms de domaine actifs en .sn
(NIC Sénégal, décembre 2023)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 382 721 abonnés
- 336 817 résidentiels (88,01%)
- 45 904 professionnels (11,99%)
- Taux de pénétration : 1,67%

(ARTP, 30 septembre 2023)

Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 21 889 688 abonnés
- Taux de pénétration : 123,34%

(ARTP, 30 septembre 2023)

FACEBOOK

3 050 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 17,4%

- Facebook : 2 600 000

- Facebook Messenger : 675 200

- Instagram : 931 500

- LinkedIn : 930 000

- Twitter : 300 000

(Datareportal, Janvier 2023)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik