twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Kaffrine, une ville presque coupée du monde

mardi 26 juin 2007

Se fier uniquement à la distance (60 km) qui sépare Kaffrine de son chef-lieu actuel de région, Kaolack, pour espérer y avoir toute l’infrastructure et les commodités de télécommunication dont dispose la capitale du Bassin arachidier, est un rêve vite envolé dés qu’on met le pied dans la capitale du Ndoucoumane.

A Kaffrine, le minimum en télécommunication, soit la bande FM, est inexistante comme le fait remarquer le préfet du département, Gabriel Ndiaye, qui soutient qu’à certaines heures "il est quasi impossible d’écouter la radio".

Une situation qui fait penser aux Kaffrinois qu’ils sont coupés du monde, d’où ce cri du coeur de Fatim Bâ gérante de télécentre : "ce n’est pas normal qu’à Kaolack il y ait autant de relais et de radios locales et qu’ici à Kaffrine, non seulement on n’en dispose pas, mais à certaines heures il ne nous est pas possible d’écouter la radio".

Même le député sur la liste départementale Aliou Sow, par ailleurs journaliste de formation, n’y échappe, lui, qui lors d’un entretien avec l’envoyé spécial de l’APS à la veille de la fin de la campagne électorale pour les législatives, a reconnu n’avoir pas eu l’occasion "d’écouter un seul programme de radio depuis que je suis là pour la campagne".

Que dire alors d’Internet ? "C’est quasi inexistant", répond le préfet avant d’ajouter : "ici, on ne connaît pas l’ADSL". La connexion y est alors très lente et même parfois "carrément arrêtée", déplore Ibou Ndiaye, un élève en seconde qui dit n’avoir l’occasion de vraiment surfer que lors de ses rares escapades à Kaolack ou à Dakar.

Heureusement, qu’il y a la télévision pour voir ce qui se passe ailleurs dans le monde et notamment suivre la campagne électorale pour les législatives du 3 juin dernier. Mais, Kaffrine ne connaît pas cette profusion d’antennes paraboliques ou de relais MMDS qui permettraient à la majorité de ses téléspectateurs de ses livrer aux plaisirs du zapping.

(Source : APS, 26 juin 2007)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)