twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Kabirou Mbodje, une success-story africaine

jeudi 9 février 2017

Champion du Sénégal en équitation (1993, 2005, 2007), le PDG et fondateur du groupe Wari traine depuis mardi 7 février un autre galon sur ces épaules et pas des moindres, celui d’être, le désormais propriétaire de l’operateur de téléphonie Tigo, filiale du groupe Milicom au Sénégal.

Né à Lyon en 1964, Kabirou Mbodje grandit à Paris où il est titulaire d’un bac C, d’un diplôme d’ingénieur en télécommunications français et d’un MBA américain. En 1993, après avoir travaillé sur le projet Afrovision, M. Mbodje crée le réseau TV par câble sans fil MMDS-Multivision. En 2000, il lance Net TV, un bouquet de chaînes à destination des pays d’Afrique subsaharienne francophone diffusées par satellite.

En 2003, Kabirou Mbodje lance NetPay, une solution de paiement via un abonnement téléphonique (qui devient CallMoney en 2008).

En 2006, ce natif de Lyon s’associe à François Richaume pour créer NGI Afrique de l’Ouest, une entreprise spécialisée dans les systèmes d’information géographique. La collaboration débouche sur un conflit judiciaire qui se conclut en non-lieu en janvier 2016.

En 2008, Kabirou Mbodje crée Wari, une plateforme digitale de services pour le grand public qui propose les transferts d’argent, le paiement de services, produits, salaires, la carte bancaire Wari, la collecte de taxes pour les administrations, une mutuelle santé. La plateforme Wari est hybride, elle propulse ses propres applications et celles de ses partenaires (services financiers, stations-service, commerçants), et son bouquet de services s’adapte à chaque région couverte.

Wari s’est lancée depuis 2015 dans la création des « Points Relais Wari », un réseau de milliers de boutiques relais qui permet d’élargir sa gamme de services et d’assurer une couverture géographique optimale. Outil d’inclusion géographique et financière, cette plateforme dispose d’un fonds de solidarité qui finance des programmes à caractère social dans tous les pays où l’entreprise est présente.

Avec plus de 26.000 emplois créés, M. Mbodje a su insufflé une dynamique panafricaine à son groupe, faisant de lui une véritable success-story africaine. Sa société dispose actuellement de 90 points de vente dans 34 pays, avec une trentaine de filiales et 4 milliards d’euros manipulés en 2015. D’ailleurs, le journal panafricain Financial Afrik l’a retenu en 2016, dans son classement des 100 personnalités qui font bouger l’Afrique.

Mercredi 8 février, devant le micro de la Radiotélévision sénégalaise (RTS), cet ancien capitaine de l’équipe nationale du Sénégal en équitation, a étalé son ambition non seulement de sauvegarder les intérêts économiques sénégalais mais également africains.

« L’appui des pouvoirs publics est très important pour permettre à notre groupe de préserver nos intérêts dans le giron national ou africain », a déclaré le boss de Wari.

L’adhésion suscitée par le rachat de Tigo par Wari « nous encourage à aller de l’avant. On est capable d’être à la hauteur, en fournissant des offres et services. On aura besoin d’un soutien massif des autorités pour que nous puissions encore offrir plus », renchérit-il.

Il dixit : « le Sénégal et l’Afrique ont un rôle à jouer sur l’économie digitale. Nous avons l’intention de jouer un rôle déterminant avec l’appui des pouvoirs publics. Nous remercions les autorités pour avoir mis en place un environnement des affaires avec le Doing Business. Tout cela devrait apporter plus de richesse pour nos pays, plus d’emplois mais aussi plus de plus-values pour le développement de nos économies ».

Le nom du sieur Mbodj est définitivement gravé dans l’histoire de l’économie numérique africaine. Car, après sa réussite avec la plateforme Wari, facilitant les transactions financières et non financières sur le marché africain et international, Kabirou Mbodj a déboursé 129 millions de dollars dont un engagement sur passif de 110 milliards FCFA pour racheter l’opérateur de téléphonie mobile, Tigo Sénégal.

Adulé par bon nombres de sénégalais, le fils de Marie Sarr Mbodj, ancien ministre de la Santé publique sous la présidence d’Abdou Diouf, s’est dit victime de propos diffamatoires. Il réclame à « Jeune Afrique », une rondelette somme d’argent de 3 milliards de F CFA (environ 4 millions d’euros), suite à un article du groupe de Béchir Ben Yahmed, intitulé « le double visage de Kabirou Mbodj », paru le 7 février 2016.

Dans le texte, à en croire « Jeune Afrique », Kabirou Mbodj, a été condamné en 2011 à 6 mois de prison avec sursis pour abus de biens sociaux. Les journalistes qui ont signé l’article indiquaient également que « les premiers associés de Kabirou Mbodj dans l’aventure Wari en l’occurrence Seyni Camara et Malick Fall … ont déposé en décembre 2014, une plainte lui reprochant des détournements s’élevant à 2,5 milliards de FCFA ».

(Source : Financial Afrik, 9 février 2017)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 251 251 251 236 236 236 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)