twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Jugeant les frais de dossiers de ORBUS très élevés : Les transitaires de l’aéroport L. S. Senghor boycottent les paiements

samedi 10 mars 2012

Le torchon brûle entre les transitaires de l’Aéroport Léopold Sédar Senghor et l’Orbus qui est le nouveau système de collecte électronique de documents au Sénégal. Un système, qui est en phase test et qui était conçu pour faciliter les procédures de dédouanements, mais qui fait déjà grincer des dents. Le noeud du problème c’est que cette société qui est l’interface entre les transitaires et la douane, réclame à les en croire, la somme de 14.000 francs aux transitaires pour les frais de chaque dossier. Ce qui n’est pas pour plaire aux transitaires qui ont convoqué une réunion d’urgence, mercredi dernier, pour dire non à cette forme « d’escroquerie ». Une rencontre à l’issue de laquelle, ces derniers ont unanimement pris la décision de ne pas payer ces frais de dossier.

Orbus s’explique

Du côté d’Orbus, le directeur de la communication et du marketing Amadou Mbaye Diop joint par téléphone, d’expliquer que sa structure « n’a pas imposé une nouvelle tarification ». Il parle plutôt d’« une ancienne tarification qui voulait que pour chaque dossier Orbus à l’ouverture, ce sont des frais de dossier de 12 000 francs Cfa et pour chaque document supplémentaire, mille francs ». Mais la nouveauté c’est que, « maintenant avec le nouvel environnement de dématérialisation, il faut des dossiers électroniques pour pouvoir faire la déclaration de douane ». Une raison qui explique selon lui, « maintenant ils pensent que c’est un peu cher alors que ça a toujours existé ». M. Diop de poursuivre : « ce qu’il y a, c’est qu’au niveau de l’aéroport il y a certains transitaires qui faisaient des dossiers sans passer par Orbus ».

« Nous sommes prêts à les rencontrer et à les écouter »

Mais le directeur de la communication et du Marketing se dit ouvert, ainsi que sa boîte, à toute réclamation et à la discussion : « nous demandons à tous les commissaires agréés en douanes qui ont des contestations à faire de se rapprocher de nous. Nous, nous sommes prêts à les rencontrer et à les écouter. Parce que ce qu’il faut comprendre c’est que le système Orbus a été mis en place pour améliorer l’environnement du commerce international. Donc, nous ne voulons rien faire qui puisse porter préjudice aussi bien à l’importateur qu’à l’opérateur économique ».

Youssouf Sané

(Source : Le Populaire, 10 mars 2012)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)