twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Jokkolabs, incubateur et laboratoire numérique numérique pour l’Afrique de l’Ouest

mercredi 14 mars 2012

C’est un terme un peu barbare pour une réalité beaucoup plus conviviale. Le coworking, ou travail collaboratif, permet à une communauté donnée de travailler dans un espace dédié permettant l’ouverture et l’échange. C’est le pari relevé par Jokkolabs depuis le 10 octobre 2010. En wolof (l’une des langues véhiculaires du Sénégal), Jokko est la superposition de "joxko" (donne-lui) et de "jotko" (rejoins-le), une façon de souligner la communication et le partage au sein d’un groupe. "Jokkolabs veut aussi porter des valeurs qui vont au-delà d’un espace de créativité et d’innovation. Nous nous considérons comme des catalyseurs qui accompagnons et renforçons une dynamique avec des acteurs sur tel ou tel projet", précise Karim Sy, fondateur et directeur de la structure. Se définissant comme le premier espace de coworking d’Afrique de l’Ouest, les activités de Jokkolabs s’articulent entre échange virtuel en ligne et espace physique de travail en commun.

Ainsi, est née Samabaat ("ma voix" en wolof), une plate-forme citoyenne d’informations, de formation à la citoyenneté et d’observation de la démocratie. Utilisant Ushahidi ("témoigner" en swahili), une technologie open source kényane, elle permet une géolocalisation sur une carte interactive de situations ou d’incidents via l’envoi de textos ou directement depuis le Web. Avec le soutien financier notamment de l’Union européenne et de l’Osiwa (Open Society Initiative for West Africa), la fondation de George Soros pour l’Afrique de l’Ouest, ce "crowdsourcing" (utilisation des ressources de la foule) a permis de compiler et de visualiser sur une carte interactive des données et des témoignages lors du premier tour de scrutin de l’élection présidentielle sénégalaise du 26 février.

Inspirée de la culture du logiciel libre et de l’open source, Jokkolabs souhaite aussi, grâce à un projet de "FabLab", stimuler l’innovation et une nouvelle forme d’artisanat industriel. Une volonté qui n’a pas échappé au géant Google, qui a signé au début de l’année un partenariat avec le Petit Poucet du "pays de la Téranga" (hospitalité en wolof) afin de favoriser l’entrepreneuriat et l’innovation au Sénégal.

Olivier Herviaux

(Source : Le Monde, 14 mars 2012)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)