twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Investissements infrastructurels, technologiques, et humains : Les défis du développement digital

samedi 25 février 2017

L’Afrique est sur de bons rails en matière de progrès digital, même si par ailleurs, elle reste lourdement handicapée un sous-équipement en termes d’infrastructures technologiques et d’un développement en ressources humaines. C’est l’enseignement tiré mercredi dernier, d’un panel intitulé « Objets connectés et Big Data : Où en est l’Afrique », au deuxième jour du Salon international des professionnels de l’Economie numérique, dans le cadre des Assises de l’entreprise tenues les 21 et 22 févier derniers, à Dakar

Le potentiel du digital et les opportunités d’insertion et d’auto-emploi sont inestimables. Ce virtuel insuffisamment exploité en Afrique, faute d’investissements infrastructurels, technologique et humain handicape inexorablement le développement du digital. C’est ce qui ressort de la communication des panelistes débattant mercredi dernier, 22 février 2017 à Dakar, au deuxième et dernier jour du Salon international des professionnels de l’économie numérique sur la thématique : « Objets connectés et Big Data : Où en est l’Afrique », tenu dans le cadre des Assises de l’entreprise 2017. « Aujourd’hui, il y a fort à faire en termes d’investissements en infrastructure réseau, en compétence humaine, et en technologique. Ces leviers de développement enfreignent conséquemment le développement de l’Afrique », a dit Youssef Hassani directeur de BI BIG DATA CRM. Tout de même, « l’Afrique est sur la bonne voie.

Des alternatives innovantes de technologies de communication à bas coût sont développées en Europe et accessibles pour palier ce gap. Aujourd’hui, un objet renvoie à certain nombre d’informations d’où le challenge de faire en sorte que cette information ne coûte pas trop chère », a-t-il expliqué, tout en indiquant qu’« il y a des protocoles de communication qui permettent de communiquer avec ces objets là, notamment les nouveaux protocoles de communication ».

Cheikh Tidaine Diop, responsable solutions des services à contenus - Chef de service Projets et Services Innovants à Sonatel de souligner toute la stratégie d’encadrement et de développement engagée en étroite collaboration avec « le ministère de l’enseignement supérieur pour les centres de recherche et d’études, sur la ville de Dakar notamment Smart city et Setup Dakar... . C’est dire véritablement que les autorités sont convaincues de la valeur du digital en terme d’auto-emploi et de retombées économiques », fait-il savoir.

Jean Pierre Malou

(Source : Sud Quotidien, 25 février 2017)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)