twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Interview de Nathan Li, Directeur général de Huawei Sénégal

vendredi 24 décembre 2021

Question 1 : Comment présentez-vous l’écosystème digital au Sénégal ?

Le Sénégal est un véritable levier stratégique pour le développement des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) en Afrique de l’Ouest et sur le continent africain de manière générale. Aspirant à être un véritable hub africain dans ce domaine, le pays a mis en place une stratégie ambitieuse, « Sénégal Numérique 2025 – SN2025 », afin de faire du numérique l’un des piliers de sa croissance économique et de son développement. En 2020, ce secteur représentait 8% du PIB et nous sommes certains que ce pourcentage va connaître une augmentation exponentielle dans les prochaines années, la pandémie ayant souligné le rôle fondamental du numérique dans nos vies quotidiennes.

En effet, celle-ci a souligné l’effervescence que prennent les TIC dans le pays. La crise de la Covid-19 a montré que l’écosystème numérique sénégalais avait su réagir rapidement. De nombreuses initiatives ont été mises en place, à l’image de « Daan Covid », qui a rassemblé plus de 450 professionnels du secteur pour accompagner le ministère de la Santé et de l’Action sociale dans la lutte contre le virus.

Cinq mois après l’apparition du premier cas de coronavirus en Afrique, le président sénégalais, Monsieur Macky SALL, tenait un discours en rappelant l’impératif et l’urgence qu’il y avait d’accélérer la transition numérique. Celle-ci est, en effet, appelée à être un catalyseur du développement économique et social du Sénégal, en étant vecteur de résilience et d’opportunités. Avec le programme « Sénégal Numérique 2025 », – qui est l’un des piliers du Plan Sénégal Émergent (PSE) -, le Sénégal se prépare à entrer dans une nouvelle ère numérique.

Question 2 : Comment Huawei participe au développement numérique du pays ? Quelle est la contribution de l’entreprise au Plan Sénégal Émergent ?

Huawei est présent au Sénégal depuis 2005 et est devenu un partenaire de premier plan de l’État dans la mise en place de ses projets numériques. Pleinement engagé pour le pays, nous cherchons à faire du Sénégal un véritable hub régional africain en termes de TIC, en le dotant d’infrastructures numériques modernes.

Outre le partenariat avec l’État, nous collaborons étroitement avec d’autres acteurs publics également impliqués en faveur de la transition numérique. Ainsi, depuis plus de dix ans, nous travaillons avec l’ADIE (i.e. Agence De l’Informatique de l’État), qui est chargée de doter le pays d’un accès à un internet haut débit et autonome. De concert, nous avons notamment œuvré pour la construction de près de 4 500 km de fibre optique. Huawei et l’ADIE participent également à la mise en place de l’un des projets phares de l’État, Smart Sénégal, qui vise à améliorer l’infrastructure TIC sur l’ensemble du pays. Projet capital du Plan Sénégal Émergent, Smart Sénégal vise à déployer et développer des infrastructures réseaux et de télécommunication afin d’améliorer les conditions de vie de population en favorisant un meilleur accès à la santé, à l’éducation et à l’information publique. Dans le cadre de l’exécution de ce projet, Huawei a notamment mis à jour le système de réseau, terminé le déploiement de salles de classe multimédia et de studios d’enregistrement pour plusieurs universités et écoles primaires/secondaires au Sénégal. Nous collaborons également avec les opérateurs de télécommunication du Sénégal, comme Sonatel, Expresso et Free, qui sont nos partenaires stratégiques.

Au-delà de notre réponse à la forte demande du pays en matière de construction, d’évolution et de modernisation de l’infrastructure digitale, Huawei accorde une place prépondérante à la formation des jeunes talents locaux dans le domaine des TIC. Nous considérons, en effet, que la formation est essentielle au développement socio-économique du pays, en favorisant l’émergence de nouvelles opportunités dans le pays (dans le secteur de l’éducation, de la santé, de l’agriculture, des énergies vertes, etc.)

Bien plus qu’un simple acteur économique, Huawei veut avoir un rôle et un impact social significatif. C’est pourquoi, nous allons continuer de nous déployer au Sénégal afin de faire progresser la technologie des TIC et créer les conditions d’un écosystème numérique résilient et créateur de valeurs, au bénéfice de l’ensemble de la population sénégalaise.

Question 3 : S’est déroulée cette année la 3e édition de la Huawei ICT Competition au Sénégal, quelles ont été les nouveautés par rapport aux deux éditions précédentes ? Une 4e édition est-elle prévue en 2022 ?

La Huawei ICT Competition est un concours annuel international organisé depuis 2015, dont l’objectif est de révéler et de développer les nouveaux talents dans le secteur des TIC. L’édition de 2020 a attiré plus de 150 000 étudiants venant de 2 000 écoles de plus de 80 pays à travers le monde. Cette année, en 2021, plus de 170 000 étudiants se sont inscrits dans le monde entier.

Au Sénégal, la première édition de la Huawei ICT Competition a été organisée en 2018-2019. Entre 2018 et 2021, près de 3 000 étudiants se sont inscrits. Ces derniers viennent de plus de 20 établissements supérieurs tels que l’UCAD, ESMT, l’UVS, EPT, ESP, UGB, UASZ etc. A l’heure actuelle, près de 250 étudiants ont été certifiés par Huawei dans le pays. En plus du soutien de nos deux parrains d’honneur, le ministère de l’Économie numérique et des Télécommunications, et le ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, nous avons cette année accueilli de nouveaux partenaires : l’ADIE, la Sonatel, l’Expresso Sénégal et FREE Sénégal. Ces derniers ont chacun offert 5 stages aux lauréats les plus méritants du concours, en plus des stages offerts par Huawei dans le cadre du programme d’échanges Seeds for the Future. Ces engagements entrent dans le cadre de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), mais aussi dans la vision de la stratégie « Sénégal numérique 2025 ».

La formation dans le secteur des TIC étant au cœur de Huawei, une 4e édition sera, en effet, prévue en 2022. Pour nous, ce concours apparaît comme un autre moyen d’améliorer ses connaissances et compétences en matière de TIC et de pousser les étudiants à poursuivre une formation dans ce domaine.

Question 4 : Huawei s’engage fortement en faveur du digital et du développement des talents au Sénégal, et en Afrique de manière générale. Pouvez-vous présenter les divers projets et programmes mis en place par votre groupe en faveur de l’éducation ?

Dans le monde qui se dessine, notamment sous le prisme de la Covid-19, la transition numérique est un impératif. Elle est synonyme d’opportunités, de croissance et de développement dans tous les domaines, de la santé au tourisme, en passant par l’éducation. C’est pour cela que chez Huawei, nous accordons une grande importance à la formation et à l’éducation dans le secteur des TIC. En effet, dans un continent où la moitié de la population aura moins de 25 ans d’ici 2050, les jeunes spécialisés dans le secteur des technologies numériques sont des ressources précieuses pour l’avenir du continent, un avenir où la transformation digitale sera au cœur de tous les enjeux et défis des pays.

Dans cette optique, il nous paraît essentiel et fondamental de promouvoir et de fournir une éducation numérique aux talents locaux. Parallèlement à la Huawei ICT Competition, nous avons également lancé en 2014 dans la région Northern Africa le projet « Seeds for the Future ». Celui-ci vise également à sélectionner les talents les plus prometteurs dans le domaine des TIC et ainsi développer et accroître leurs compétences. Jusqu’à présent, plus de 900 jeunes Africains de 20 pays ont participé à ce programme et plus de 500 d’entre eux se sont rendus en Chine pour recevoir une formation, en apprendre davantage sur les dernières technologies et vivre une nouvelle expérience interculturelle.

De plus, nous avons aussi créé la Huawei ICT Academy dans 12 pays de la région Northern Africa, afin d’enseigner aux étudiants les technologies de pointe en routage, commutation, cloud, IP, IT, 5G et intelligence artificielle (IA). A l’heure actuelle, ce projet a été créé dans 291 universités et collèges spécialisés dans les TIC et plus de 41 000 talents ont été formés dans ce secteur. L’objectif est d’établir 500 ICT Academies dans la région, en 2025.

Question 5 : Autre thématique phare dans laquelle Huawei est engagé, la transition énergétique du continent africain. Comment relevez-vous le défi des énergies renouvelables au Sénégal ?

Le développement d’une Afrique verte et connectée est l’une des principales ambitions de Huawei, notamment à l’heure où le défi énergétique devient une priorité pour l’ensemble des pays du monde. Aujourd’hui, le continent africain et l’Asie du Sud-Est sont particulièrement concernés par le changement climatique et sont l’une de ses premières victimes. Il est donc urgent de mettre en place une stratégie de transformation énergétique permettant de concilier croissance économique, protection de l’environnement et lutte contre le changement climatique.

En septembre 2021, nous avons organisé le Sommet de l’Énergie en ligne. Celui-ci s’est tenu dans le cadre de la Huawei Connect 2021, dont le thème était « L’énergie numérique : alimenter l’ère à faible émission de carbone ». Au cours de ce Sommet, les clients et les partenaires ont échangé sur les meilleures pratiques en matière d’utilisation des nouvelles technologies pour réaliser la transition du secteur de l’énergie vers la neutralité carbone. Plus récemment, en décembre 2021, nous avons co-organisé avec Informa Tech, le Africa Green ICT Forum. Sur le thème « Construire une Afrique verte, combler le fossé énergétique », l’objectif de cet événement virtuel était d’examiner en profondeur les différents moyens par lesquels les technologies numériques peuvent alimenter la croissance des TIC vertes et ainsi accélérer en Afrique la transition vers une énergie verte.

A travers nos engagements, nous cherchons à promouvoir un modèle de croissance reposant sur une forte dimension environnementale. C’est pourquoi, Huawei continuera d’investir sur le continent car les initiatives que nous portons, notamment en matière de croissante verte, nous tiennent véritablement à cœur.

Question 6 : Quelle est votre vision pour Huawei Sénégal en 2022 ?

Offrir des services de haute qualité et des solutions professionnelles à nos partenaires est notre objectif de longue date. En 2022, nous continuerons d’améliorer et de diversifier nos solutions, de saisir de nouvelles opportunités et de relever de nouveaux défis. Nous poursuivrons également notre collaboration avec nos partenaires afin d’accompagner le Sénégal dans sa transformation digitale et dans le développement de son économie numérique afin de pleinement contribuer au Plan Sénégal Émergent (PSE). Enfin, nous continuerons d’assumer notre responsabilité sociétale des entreprises en renforçant la promotion des jeunes talents en TIC.

(Source : Sénégal Direct, 24 décembre 2021)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)