twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Internet au service du développement social, c’est possible !

lundi 28 février 2000

Alors que l’écho des clameurs de Bamako 2000 est encore perceptible, nous pouvons d’ores et déjà affirmer que cet événement a été unique en son genre. En effet Bamako 2000, n’a pas été une simple rencontre de responsables politiques de haut niveau intéressés par les problématiques de la société de l’information. Bamako 2000 n’a pas été non plus un forum réservé aux seuls spécialistes des technologies de l’information et de la communication. Enfin Bamako 2000 n’a pas été une de ces foires technologiques où l’on fait rêver le grand public sur les technologies du futur alors qu’il n’a souvent pas accès à celles du présent. Bamako 2000 a été un mélange équilibré de tout cela, avec un quelque chose de plus que l’on avait jamais vu auparavant. Tout d’abord, Bamako 2000 a été marqué par un engouement et une participation populaire qui témoignent de la soif d’utilisation et d’appropriation des technologies de l’information et de la communication qui prévaut aujourd’hui en Afrique. De plus, Bamako 2000 a donné la parole aux acteurs du terrain, prouvant aux Africains eux-mêmes et au monde entier que ce ne sont ni les idées, ni les compétences qui manquent en Afrique pour relever les défis du sous-développement et bâtir la société de l’information. Bamako 2000, cela a également été 1600 participants provenant de 58 pays qui ont animé les travaux de 10 ateliers et produits des recommandations fortes qui seront bientôt diffusées dans un document intitulé « Plan d’action Bamako 2000 ». Bamako 2000, c’est enfin une déclaration finale adoptée par les participants qui contient dix principes de références devant servir de guide à tous ceux dont la préoccupation centrale est de mettre les TIC au service du développement social. A ce sujet, le discours de clôture du Président malien, Alpha Oumar Konaré, dans lequel il a mis en avant la nécessité de doter chaque village d’une école et parallèlement de connecter les 701 communes du pays à Internet, a prouvé, s’il en était encore besoin, que les technologies de l’information et de la communication ne doivent pas être considérées comme un luxe pour l’Afrique et les pays sous-développés mais bien comme un outil indispensable au service de leur développement. Bamako 2000 aura aussi eu pour mérite de montrer que s’il existe une volonté politique forte et sincère qui se traduit par la mise en synergie des volontés et des compétences et la mobilisation des financements nécessaires, alors l’utilisation des TIC au service du progrès économique et du développement humain peut cesser d’être un vœux pieux pour devenir réalité. Espérons qu’à l’occasion de Dakar 2001, rencontre internationale qu’organisera le réseau ANAIS au Sénégal sur le thème « Cyber-citoyenneté et coopération décentralisée », les promesses de Bamako 2000 auront commencé à porter leurs fruits.

Amadou Top
Président d’OSIRIS

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)