twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Internet, Nouveau lieu de perdition : Le silence complice des parents

lundi 18 mai 2009

Même si la sexualité a toujours été un sujet tabou, la donne doit aujourd’hui changer. En effet, de plus en plus, les jeunes entretiennent des relations charnelles précoces. Le danger réside dans le fait que les parents, en s’obstinant de ne pas parler de sexe avec leurs enfants, les obligent à se retourner vers l’Internet. Une source d’informations beaucoup plus dangereuse que le silence.

La situation de la sexualité chez les jeunes s’explique, sans doute, par cette éducation reçue de nos parents, qui considèrent que tout ce qui a trait au sexe est un sujet tabou et qu’il ne faut pas l’exposer devant les enfants. Et pourtant, la réalité semble bien avoir changé. En effet, si autrefois il était possible de passer sous silence le sexe, il est aujourd’hui omniprésent dans la société sénégalaise. Jules a vécu sa première expérience sexuelle à l’âge de 17 ans, alors que le sexe ne signifiait pas grand-chose pour lui. "Pour dire la vérité, je crois que j’ai été abusé, car la femme avec qui j’ai eu mes premiers rapports était mon aînée de 3 ans", raconte-t-il. Une relation qui en dit long sur les capacités des unes et des autres à dépasser la ligne interdite. A la question de savoir ce qu’elles pensent du fait que certains estiment que les jeunes d’aujourd’hui entretiennent des relations sexuelles très tôt, à un âge précoce, les femmes interrogées se braquent. Aicha, élève en classe de Seconde, pense que "cette situation est due au fait que tout ce que nos parents refusent de nous dire, nous le découvrons sur le Net".

Certaines filles et garçons visitent, également, les sites pornographiques, ou alors on s’échange des revues exotiques. Ainsi, le sexe, sujet tabou pour la plupart des enfants, est en train de s’inventer dans la vie quotidienne des Sénégalais. Autant certains parents refusent de parler de ce sujet avec leurs fils, autant ces derniers s’informent sur le Net. Un danger réel pour ces jeunes, qui sont livrés à eux-mêmes, face à des maniaques sexuels, dont la seule occupation et de trouver des cibles faciles sur le Net.

Tout cela devrait pousser les parents à s’ouvrir à leurs enfants, concernant la sexualité. La sexualité doit, également, être enseignée au niveau des écoles primaires pour permettre aux enfants de trouver des réponses aux nombreuses questions qu’il se posent et dont les parents éprouvent des difficultés à en parler.

(Source : Nettali, 18 mai 2009)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)