twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Internet : La Mauritanie est le 2e pays au monde où Internet est le moins abordable

mercredi 25 novembre 2020

C’est un classement dont se serait passé volontiers les autorités mauritaniennes. Dans un article publié sur son blog au début du mois de novembre 2020, le fournisseur de services financiers basé aux États-Unis NetCredit affirme qu’en Mauritanie, pays du nord-ouest de l’Afrique, « la facture d’une ligne à 10 Mbps s’élèverait à 4 726,36 dollars ». Ceci, alors même que le salaire moyen, se situe dans le pays à environ 60 dollars. Ce qui en fait le deuxième marché de haut débit le moins abordable du monde. Dans ce classement, la Mauritanie arrive juste derrière le Yémen où un contrat de large bande coûte près de 30 fois le salaire mensuel moyen, en raison de la guerre civile qui rend impossible la construction d’une infrastructure de large bande fiable. Contrairement Au Yémen qui fait face à une guerre civile, la Mauritanie connait une situation relativement stable du point de vue sécuritaire. Cependant, du fait d’un défaut d’investissement, le pays manque cruellement d’infrastructures, ce qui fait s’envoler les prix des services Internet.

Dans sa note, NetCredit estime que sur le continent africain, les prix du haut débit restent relativement peu abordables, comparés à d’autres régions du monde : ‘‘Les pires offres de 10 Mbps coûtent plus de 1000 % du salaire mensuel dans certaines régions d’Afrique, grâce à des salaires à deux chiffres et à des vitesses qui atteignent à peine 4 Mbps. Même aux Seychelles, où les salaires sont comparables à ceux de la Hongrie, il faudrait dépenser 31,89 % de ses revenus pour obtenir un débit de 10 Mbps – car la vitesse moyenne de téléchargement n’est que de 3,96’’.

Pour autant, NetCredit cite des exemples positifs en Afrique, à l’instar de l’Afrique du Sud qui possède le marché du haut débit le plus abordable d’Afrique, avec 10 Mbps coûtant 31,89 dollars par mois, soit 7,74 % du salaire mensuel d’un particulier. Dans le même sillage, l’Égypte, la Tunisie, l’île Maurice et le Maroc, disposent d’une infrastructure de télécommunications parmi les plus développées du continent. D’autres pays, comme le Botswana, le Mozambique, la Somalie et l’Éthiopie qui ont conclu des accords sur la large bande.

Jephté Tchemedie

(Source : Digital Business Africa , 25 novembre 2020)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 323 60 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,85%)
    • 2G : 25,24%
    • 3G : 45,18%
    • 4G : 29,58%
  • 171 230 abonnés ADSL/Fibre (1,27%)
  • 133 954 clés et box Internet (0,94%)
  • 2 333 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,21%
  • Internet mobile : 98,73%

- Liaisons louées : 22 761

- Taux de pénétration des services Internet : 88,37%

(ARTP, 30 septembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 223 406 abonnés
- 182 809 résidentiels (81,83%)
- 40 597 professionnels (18,17%)
- Taux de pénétration : 1,37%

(ARTP, 30 septembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 18 630 276 abonnés
- Taux de pénétration : 114,94%

(ARTP, 30 septembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)