twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Interdits de WhatsApp et Skype… les internautes marocains se rebellent

jeudi 3 mars 2016

Au Maroc, c’en est fini des appels gratuits via WhatsApp, Skype, Viber ou Facebook Messenger sur les smartphones. L’Agence nationale de réglementation des télécommunications marocaine a tout bloqué pour préserver l’oligopole des agences de télécommunications marocaines. Mais les internautes marocains ne se laissent pas faire et ripostent sur les hashtags #OpeUnlike et #VoIP.

En décembre, l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) expliquait sa décision de bloquer les appels via les applications telles que WhatsApp, Viber et Skype qui permettent de téléphoner gratuitement en passant par Internet. L’ANRT s’est ensuite justifiée en dénonçant la concurrence déloyale de ces applications pour les opérateurs de télécommunication au Maroc. Jusqu’à récemment toutefois, les appels en 3G et 4G étaient bloqués, mais il restait aux utilisateurs la possibilité de passer leurs appels en utilisant un réseau wifi. Ce n’est désormais plus le cas. Il leur faut désormais passer par les opérateurs traditionnels et payer au prix fort leurs communications.

Pour Sarah (pseudonyme), notre Observatrice au Maroc, cette décision va affecter les Marocains au niveau financier, mais aussi personnel.

Depuis janvier, les actions pour protester contre ce blocage se multiplient. Plusieurs internautes actifs sur les réseaux sociaux, peu convaincus par les arguments légaux avancés par l’Agence nationale de réglementation des télécommunications, ont très tôt appelé au boycott des opérateurs de télécom au Maroc. Dans une vidéo visionnée plus de 500 000 fois, l’un d’eux, Amine Raghib, rappelait qu’Internet devait rester libre et accessible par tous. Marouane Lamharzi, créateur de l’application Sybla TV, a aussi lancé l’idée de la campagne "unlike" des pages Facebook des opérateurs de télécom.

Après un appel au ‘unlike’, les trois grands opérateurs ont perdu 150 000 fans en un week end

Après cet appel, les trois grands opérateurs, Inwi, Maroc Télécom, Méditel, ont perdu 150 000 fans en un week-end. L’idée est que tous les utilisateurs qui ont aimé les pages Facebook de leurs opérateurs retirent leur "like ". Il ne restera bientôt plus que les "like" achetés à des utilisateurs étrangers.

Nos vies pâtissent de tous ces blocages

Nos vies pâtissent de tous ces blocages. Je travaille dans une entreprise multinationale américaine basée au Maroc et j’utilise mon smartphone pour passer des appels vocaux gratuits à l’international. Je suis chaque jour en communication avec des clients aux États-Unis, en Égypte ou en Arabie Saoudite. Là, je ne peux plus le faire. Cela nous pénalise sur le plan professionnel.

Ma vie personnelle est également directement affectée. Mon mari vit à Paris et c’est grâce à ces appels vocaux gratuits via Skype ou Viber que nous restons en contact au quotidien. En plus de nous avoir coupés sans même nous l’annoncer l’utilisation d’Internet pour passer ces appels, les opérateurs de télécommunication ont augmenté le coût des appels à l’international.

Je ne veux pas avoir à payer davantage, alors j’ai téléchargé une application pour contourner le blocage. Elle s’appelle Betternet. Il y en a d’autres. Tout le monde s’échange de bons conseils pour continuer à appeler gratuitement. Des applications comme Betternet permettent de changer l’adresse IP. Du coup, quand je passe un appel de Casablanca, je suis localisée à Londres.

Les opérateurs regrettent d’avoir mis sur le marché de cartes prépayées pour Internet

Ces blocages ne sont pas un moyen de limiter la liberté d’expression, c’est un problème économique. Je pense que les opérateurs regrettent d’avoir mis sur le marché de cartes prépayées pour Internet, qui étaient utilisées pour passer des appels.

Sarah Maroc (Les observateurs)

(Source : France24, 4 mars 2016)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)