twitter facebook rss

Ressources

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Insultes à notre République : nul n’est censé ignorer la loi encore moins le respect !

samedi 12 août 2017

« La liberté est le droit de faire ce que les lois permettent » de Charles de Montesquieu (1689-1755)

Il ressort des dispositions de l’article 10 de la constitution sénégalaise, qui nous régit et fonde les bases de notre vie en société que, “Chacun a le droit d’exprimer et de diffuser librement ses opinions par la parole, la plume, l’image, la marche pacifique, pourvu que l’exercice de ces droits ne porte atteinte ni à l’honneur et à la considération d’autrui, ni à l’ordre public”. Autrement dit que, nul n’a le DROIT de porter atteinte à l’honneur et à la considération d’autrui, qu’ils soient d’une personne ou d’un groupe racial, ethnique et/ou religieux à fortiori de celui ou celle qui incarne la première institution de notre République à savoir son/sa Président/e.

Ainsi, la loi, étant impersonnelle, nul n’est, alors, censé l’ignorer. Dans ce cas, en toute connaissance de cause, si par, on ne sait quelle motivation, chacun(e) se permettait de dire ou de faire ce que bon lui semble, notre société se transformerait en un véritable royaume de “NDOUMBELANE” où tout sera permis, aucun droit ne sera défendu. Or, venant du latin « Directum », le droit est défini comme l’ensemble des règles données, qui dans une société normalisée de valeurs régissent le rapport entre les Humains. En conséquence, essentiellement appelé à fonder et justifier nos actes par ses interdictions, obligations, autorisations et punitions, le droit devient ainsi un besoin plus que primordial à notre société comme nous le rappelle cette belle citation de Mirabeau qui indique que “Le droit est souverain dans le monde”. Par ailleurs, considérée comme un concept désignant la possibilité d’action ou de mouvement, la liberté est aussi, paradoxalement reconnue, en philosophie, en sociologie, en droit et même en politique, en tant que notion majeure marquant l’aptitude des individus à exercer leur volonté. De ce fait, l’exercice de cette dernière, édictée par un double questionnement sur la capacité et le pouvoir de choisir et de faire, peut provoquer des erreurs d’interprétation et des confusions dans les analyses et les débats.

Ce qui devrait donc, normalement, nous pousser à prendre soin de distinguer les différents sens de ce droit afin de l’exprimer en bon escient ; comme du reste nous l’exhorte cette fameuse maxime devenue précepte de conduite : « la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres ». Plus loin encore, elle est souvent associée à la première Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 26 août 1789, où l’on lit, dans les dispositions de son article 4 que : “la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.” Ce que l’on retrouve également dans la deuxième Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen (préambule de la Constitution du 24 juin 1793) dans son article 6, sous une autre forme, légèrement différente comme suit : “la liberté est le pouvoir qui appartient à l’homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d’autrui : elle a pour principe la nature ; pour règle la justice ; pour sauvegarde la loi ; sa limite morale est dans cette maxime : Ne fais pas à un autre ce que tu ne veux pas qu’il te soit fait.”

Et pourtant, depuis quelques temps, nous assistons, avec désolation, à une accentuation d’affronts et d’invectives contre, soit un certain nombre de personnes publiques notamment, la première d’entre, nous à savoir Son Excellence, le président de la République et/ou sa famille, soit un groupe d’individus (racial, ethnique et / ou religieux voir même politique), et cela, en parfaite et flagrante violation de leurs droits les plus humains sous prétexte, bien sûr, qu’elle ne serait pas trop “volontariste” ou pire encore, elle ne rentrerait pas dans les délits nécessitant mandats de dépôts. Et pourtant, une fois que la machine judiciaire est enclenchée, le “Masla” à la sénégalaise refait surface et des “rivalisateurs” de bonté tels que Ong et autres s’organisent pour d’abord minimiser les faits avant de finir par solliciter la clémence de la victime ou des juges. Chose plus que facilissime pour une société qui veut se référer à celle décrite par le grand sociologue français de l’action sociale et des nouveaux mouvements sociaux et par ailleurs directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris, Alain Touraine dans son livre intitulé « Pourrons-nous vivre ensemble ? ». Dans ce dit bouquin, il préconise un certain nombre de règles et de comportements pour vivre tranquillement ensemble en société sur la base “d’un code de bonne conduite” dans un « jeu social” plus exemplaire. De même, il nous est prodigué “de développer, en chacun/e d‘entre nous, la capacité de s’assumer comme acteur de sa propre histoire, de développer un projet de vie personnel et du même coup participer à un mouvement social”. En sus de ces conseils, l’acceptation d’un principe non social, mais également fondamental, basé sur l’effort que doit fournir tout individu pour devenir un Sujet et reconstruire une conception de vie sociale plus appropriée passant en deux temps par d’abord la transformation de l’individu en Sujet, qui n’est possible qu’à travers la reconnaissance de l’Autre ensuite la transformation des Institutions, en symbole d’unité nationale s’avère plus que nécessaire. In fine, nous ne pouvons que reconnaître la profondeur de ce raisonnement « Nous ne pourrons vivre ensemble, c’est-à-dire, combiner l’unité d’une société avec la diversité des personnalités et des cultures qu’en plaçant l’idée de Sujet personnel au centre de notre réflexion et de notre action » de toujours Alain Touraine. Au bout du compte et à l’état actuel des choses, nous devons plutôt revoir, un peu plus clair, notre façon de vivre ensemble en société en faisant du “Taaxaw Seet Lou”. Pour preuve, voyons voir ce qui s’est réellement passé avec les trois cas de figure les plus marquants, intervenus depuis le début de l’année :

- Photomontage du président de la République : un beau jour de la fin du mois de mai dernier, un groupe de whatsappeurs composé de jeunes de tout bord et dénommé, ironie du sort, “Xaley beugueu lou bakh” s’aventura à faire des photomontages à la limite indécents voire irrespectueux du président de la République. Ainsi, 4 d’entre eux dont, la plus célèbre, une jeune journaliste d’une chaîne de TV de la place, du nom de Ouleye Mané furent appréhendés et placés le vendredi 2 juin 2017 sous mandat de dépôt pour diffusion d’images contraires (obscènes) aux bonnes mœurs couplée d’association de malfaiteurs et l’on commença à s’émouvoir alors qu’hormis l’aspect valeur et culturel imbibant notre société, précédemment une nouvelle loi sur la lutte contre le terrorisme et la cybercriminalité avait servi de rappel, en vain. Entêtement ou Guerrierisme, quand tu nous tiens !

- Offenses de la chanteuse Amy Cole Dieng à l’égard du président de la République : la semaine dernière, toujours avec Whatsapp, dans un autre panel appelé “Sénégal Ak Karim”, la chanteuse Amy Cole Dieng, naguère considérée comme l’une des plus belles voix de la musique sénégalaise s’est illustrée cette fois-ci dans un autre registre qu’on ne lui ait jamais connu à savoir de la politique. À l’écouter, on se demande même quelle mouche l’aurait piqué ce jour-là puisque tout y est passé ou presque, de l’offense au chef de l’État à l’injure publique en passant par la diffusion de nouvelles pouvant être qualifiées de fausses à moins qu’elle ne dispose de preuves irréfutables. Faisons le wait and see !

- Insultes de la dame Penda Ba à l’endroit de l’ethnie Wolof, majoritaire dans le pays : à peine, les premières tendances favorables au camp de la mouvance présidentielle publiées, cette dame euphorique, se sentant certainement au-dessus des lois du fait de sa coloration politique et voulant savourer sa victoire sur quelqu’un qui l’aurait antérieurement offensée par “la guerre comme à la guerre” se constitue en vraie avocate du diable pour le président de la République et pour sa communauté de naissance (une fois élu, il est désormais là pour tout le monde) par des insultes de tout genre, plus indécentes les unes que les autres allant même jusqu’à faire l’apologie de la haine ethnique alors que, les dispositions de l’article 5 de notre constitution réprimandent clairement que “Tout acte de discrimination raciale, ethnique ou religieuse, de même que toute propagande régionaliste pouvant porter atteinte à la sécurité intérieure de l’État ou à l’intégrité du territoire de la République sont punis par la loi.” Actuellement, elle est placée sous mandat de dépôt.

Au vu de ces différentes ignominies, la loi est maintenant appliquée et certains, pour on ne sait quel intérêt, au lieu d’encourager à la préservation de nos valeurs et préceptes régissant notre vie en communauté, préfèrent crier au scandale. Qu’à cela ne tienne, Dura Lex, Sed Lex : la loi est dure, mais c’est la loi ! Et force lui restera toujours.

Heureusement d’ailleurs pour notre démocratie et par respect à l’institution bafouée, certains hommes politiques tels que Ousmane Sonko, Cheikh Bamba Dièye pour ne citer que ceux-là, ont eu, malgré leur posture d’opposants, à faire montre d’un esprit de dépassement doublé d’un discernement en fustigeant avec l’énergie qui sied cette attitude irresponsable voire instigatrice de la part de personnes censées être instruites et professionnelles ; contrairement à d’autres ainsi que leurs ouailles, par leurs comportements, donnent raison à cette réflexion du grand écrivain et poète italien du XIXème siècle Ugo Foscolo qui dit que “Les hommes, ne pouvant par leur seul effort acquérir l’estime d’autrui ni la leur propre, cherchent à la rehausser en opposant aux défauts de leurs voisins ceux que, par hasard, eux n’ont point.”

Ainsi, tout citoyen, épris d’amour et de paix pour sa patrie doit vouer un RESPECT INCONTESTABLE à la plus haute autorité de son pays ; d’autant plus que “le président de la République n’est pas un citoyen comme les autres...dans aucune démocratie au monde” dixit l’ex président français Jacques Chirac ; surtout qu’au tout début du préambule de notre sacrée Constitution, il est limpidement mentionné que “Le peuple du Sénégal souverain, est PROFONDÉMENT attaché à ses valeurs culturelles fondamentales qui constituent le ciment de l’unité nationale …” Alors, de grâce ! Excusez du terme, LA LIBERTÉ D’EXPRESSION NE VEUT PAS DIRE NON PLUS LIBERTÉ D’EXCRÉTION !

Qu’Allah SWT veille sur NOTRE CHER Sénégal … Amen

Elhadji Daniel So
Président d’En Mouvement !

(Source : Le Soleil, 12 août 2017)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)