twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Infrastructures critiques vitales : Un expert en cyber-sécurité alerte !

vendredi 8 novembre 2019

Nos infrastructures critiques vitales sont-elles vulnérables ? En Tout cas, aux yeux d’Ahmadou Bamba Thiam, expert en cyber-sécurité, nos systèmes de distribution d’eau, d’électricité, d’internet, de protection de données personnelles et publiques entre autres, méritent d’être mieux protégés. Dans cet entretien, le formateur en défense et sécurité évalue les risques et propose des solutions.

Nos infrastructures critiques vitales sont-elles vulnérables ?

Dans le monde actuel, la cyber-sécurité est considérée par les gouvernements, les services de sécurité, les institutions financières etc. comme l’un des plus grands risques et menaces dont ils font face. Traditionnellement, les systèmes et infrastructures étaient séparés d’internet avec un focus sur la sécurité physique. De nos jours avec l’Internet à travers les objets IOT qui permettent de réduire la main d’œuvre ou le coût d’exploitation et d’être plus efficaces sont en vogue. Mais ces réseaux sont exposés aux cyber-attaques et aux cybercriminels. Oui, nos infrastructures critiques vitales sont vulnérables parce qu’elles se connectent soit directement ou indirectement au réseau informatique, d’ où l’importance de la cyber-sécurité. Il faut insister sur le fait que les systèmes informatiques sont de nature vulnérables parce que les logiciels sont conçus par des humains et par nature l’être humain n’est pas parfait.

Pourquoi cette alerte ?

Le flux des données constitue le fondement de l’économie mondiale. Avec l’utilisation à grande échelle d’internet, des technologies par les structures de l’Etat, les forces de sécurité, les hôpitaux, les centrales électriques hydrauliques ou sociétés de distribution d’eau ou d’électricité, les télécoms les réseaux inter connectés, la dématérialisation etc… Ce qui fait que ces structures sont vulnérables aux cyber-attaques. Compte tenu de tout cela, il est important et essentiel de protéger le cyber espace sénégalais contre les activités illégales, la cybercriminalité entre autres fléaux des temps modernes.

Que doit faire le Sénégal pour mieux se protéger ?

J’interpelle les plus hautes autorités de ce pays, au premier chef le Président parce qu’il est le Chef suprême de la sécurité . Le problème est que du fait de l’absence d’une structure dédiée en charge de la cyber-sécurité, les différentes structures travaillent de façon dispersée. Il y en a plusieurs : l’ADIE, la Plateforme de lutte contre la cyber criminalité, la division cyber sécurité, commission des données personnelles, commission cryptologie, le ministère des TIC, etc…

Lire aussi l’article : Les nouvelles offres d’Orange sur les Appels et l’nternet Dès lors, il urge d’harmoniser les pratiques opérationnelles, l’appropriation et l’application de la cyber-sécurité au Sénégal. Par ailleurs, les entreprises doivent investir davantage dans la sécurité des systèmes d’information. De son côté, l’état doit travailler à l’atteinte d’une culture de Cyber sécurité et à l’application des politiques de Cyber sécurité à tous les niveaux et sensibiliser les populations.

(Source : Seneweb, 7 novembre 2019)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)