twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Ines Trojette, Maître de Conférences en Economie à l’ESPI Paris et secrétaire générale de l’ATUGE France à La Presse : "Les fintechs sont devenues des acteurs majeurs du secteur des services financiers en Afrique"

samedi 26 novembre 2022

Tirant avantage d’une population très jeune et connectée mais aussi des politiques publiques africaines de plus en plus axées sur la promotion de l’innovation, les fintechs disposent d’un important potentiel de croissance et de développement en Afrique. Toutefois, ce potentiel, qui varie d’une région à l’autre, est toujours bridé par plusieurs obstacles qui subsistent. Ines Trojette, maître de conférences en Economie à l’ESPI Paris et secrétaire générale de l’Atuge, dresse un état des lieux d’un secteur en plein essor. Interview.

Quel état des lieux faites-vous de l’économie numérique en Afrique et notamment du secteur des fintechs ?

L’économie numérique africaine connaît une croissance rapide : on estime que dans les trois années à venir, avec la généralisation du haut débit, elle pourrait générer 250 milliards de dollars US de chiffre d’affaires. Les secteurs les plus impactés par cette transformation digitale sont les fintechs, l’e-commerce, le health-tech, l’e-transport et l’e-food, l’ed-tech, les médias et les divertissements. Le continent africain, qui n’a jamais manqué ni de ressources ni d’opportunités, commence également à se transformer de l’intérieur. Les dirigeants des pays africains ont pris conscience de la nécessité de créer un environnement favorable à la révolution numérique, après avoir loupé les trois révolutions industrielles qui l’ont mise tant en retard. En Tunisie par exemple, se sont tenues les assises de l’innovation en novembre 2022 dont le but est d’intégrer l’innovation dans tous les secteurs de l’économie. Entre 2020 et 2021, sur les 5.200 start-up technologiques, un peu moins de la moitié d’entre elles sont des fintechs, qui perturbent et font concurrence aux services financiers traditionnels. Tous les signes pointent vers l’aboutissement de la première phase de développement de la fintech africaine. Les fintechs sont devenues des acteurs majeurs du secteur des services financiers en Afrique (dans certains cas, rivalisant avec les banques traditionnelles en termes de taille et de valeur), le financement a augmenté et la valeur est générée. La fintech africaine est en train de se développer, la taille moyenne des transactions et la proportion de financement de la fintech en Afrique ont augmenté au cours de l’année dernière, générant des emplois et de la croissance. Cependant, l’Afrique souffre d’un manque d’infrastructures développées. L’Afrique subsaharienne compte cinq agences bancaires pour 100.000 habitants, (près du triple dans le reste du monde) et un taux de bancarisation strict qui dépasse difficilement les 20%. Avec près d’1 milliard de dollars à travers une centaine de deals en 2020 contre environ 400 millions de dollars sur une cinquantaine d’opérations en 2018, les fintechs mobilisent près de 50% des investissements des Venture Capitalists sur le continent, ce qui nous donne de bonnes indications sur la portée de ce secteur. Digitaliser permet d’accélérer l’inclusion bancaire et de lutter contre l’économie informelle.

Pourquoi est- il important d’investir dans l’économie numérique en Afrique ?

Les indicateurs démographiques donnent une idée claire de la taille du marché et de son potentiel. La population africaine s’établit à 1,4 milliard d’habitants et doublera d’ici à 2050 avec un âge médian de 19,7 ans. L’Europe compte 765 millions d’habitants (716 millions en 2050) avec un âge médian de 42,5 ans. De plus, en Afrique, le nombre d’utilisateurs actifs de services financiers via leurs mobiles est estimé à 150 millions. Le continent compte plus de 400 pôles technologiques dont les principaux sont situés en Côte d’Ivoire, au Maroc, au Ghana, au Nigeria, en Egypte, au Kenya ainsi qu’en Afrique du Sud. Statistics times.com a montré que 9 des 20 pays à plus forte croissance dans le monde sont en Afrique, dont leurs économies sont en constante évolution. Le Rwanda a capitalisé sur la technologie et l’innovation pour qu’ils soient le "moteur de la transformation". Selon le dernier rapport de la Banque mondiale, le Rwanda sera le seul pays d’Afrique subsaharienne à dépasser les 6% de croissance cette année. Malgré un ralentissement du financement conforme aux tendances mondiales, nous prévoyons une croissance et une création de valeur importantes pour l’industrie des technologies financières en Afrique. Les espèces sont encore utilisées dans environ 90% des transactions en Afrique, ce qui signifie que les revenus de la fintech ont un énorme potentiel de croissance. Si le secteur dans son ensemble peut atteindre des niveaux de pénétration similaires à ceux observés au Kenya, un pays avec l’un des niveaux de pénétration des technologies financières les plus élevés au monde, nous estimons que les revenus des technologies financières africaines pourraient atteindre huit fois leur valeur actuelle d’ici 2025.

Comment évoluera le secteur des fintechs en Afrique et particulièrement en Tunisie ?

D’après la dernière étude de McKinsey parue au mois de septembre, la croissance annuelle des services financiers en Afrique s’est accélérée durant la pandémie de 10% avec un revenu qui atteindra les 150 milliards de dollars en 2025. Pour autant, et c’est un signe des plus encourageants, nombreux sont les gouvernements qui mettent la stratégie numérique au centre de leurs engagements politiques. Le président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, a, par exemple, défini l’économie numérique comme l’un des piliers de sa vision pour le développement de son pays. Cependant, la croissance des services financiers dans les 54 pays africains ne sera pas uniforme. Alors que la part la plus élevée de la valeur du marché (environ 40% des revenus) est actuellement concentrée en Afrique du Sud, qui possède le système bancaire le plus mature du continent, le Ghana et l’Afrique de l’Ouest francophone devraient afficher la croissance la plus rapide, à 15% et 13% par an respectivement, jusqu’en 2025. Le Nigeria et l’Egypte suivent, chacun avec un taux de croissance prévu de 12% par an sur la même période. Dans l’ensemble, le cabinet McKinsey prévoit que l’opportunité de croissance de la fintech se concentrera probablement sur 11 marchés clés : le Cameroun, la Côte d’Ivoire, l’Egypte, le Ghana, le Kenya, le Maroc, le Nigeria, le Sénégal, l’Afrique du Sud, la Tanzanie et l’Ouganda, qui représentent ensemble pour 70% du PIB de l’Afrique et la moitié de sa population. Compte tenu des différents niveaux de maturité numérique dans ces pays, les opportunités sur chaque marché seront différentes. Les économies dotées de systèmes financiers et d’infrastructures numériques plus matures, comme l’Afrique du Sud et le Nigeria, verront probablement plus d’innovation dans les services financiers avancés, y compris la liquidité interentreprises (B2B) et les technologies réglementaires telles que la lutte contre le blanchiment d’argent et le savoir-faire, la conformité de votre client (KYC know-your-customer). Les marchés où les systèmes et l’infrastructure financiers sont encore en croissance, comme l’Egypte, verront probablement des progrès dans les services financiers tels que la souscription, le service, les réclamations et les évaluations dans le domaine de l’assurance ; la banque en tant que service et la finance intégrée dans les opérations et les infrastructures ; et achetez maintenant, payez plus tard des services de prêt au détail et aux petites et moyennes entreprises (PME). L’espace fintech africain connaît une croissance exponentielle, mais le développement de l’écosystème fintech en est encore à ses débuts. Cependant, les start-up fintech en Afrique sont confrontées à quatre défis clés : tout d’abord, atteindre l’échelle et la rentabilité c’est-à-dire que le marché est limité par des contraintes d’infrastructure. Une faible pénétration de la téléphonie mobile et d’Internet sur certains marchés, un manque de couverture d’identification et des rails de paiement limités sont l’épine dorsale de tous les transferts d’argent numériques. Seuls, trois pays africains disposent de paiements en temps réel et de l’infrastructure ferroviaire de paiement nécessaire. Les fintechs visant à se développer sur tout le continent devront peut-être tenir compte de cette variabilité géographique et adapter leur approche à chaque pays en fonction de ses caractéristiques inhérentes, de son infrastructure, de ses cadres réglementaires et des besoins et habitudes variés des clients. Atteindre l’échelle n’est également qu’une partie d’un parcours de croissance réussi. Il est essentiel de trouver des moyens pour réduire le coût d’acquisition des clients. (il est presque quatre fois plus difficile d’atteindre la rentabilité en Afrique qu’en Amérique latine, et 13 fois plus difficile que dans l’Union européenne). Ensuite, les fintechs en Afrique doivent également faire face à un cadre réglementaire financier fragmenté. Des pays différents évoluent à des rythmes différents. Alors que les organismes de réglementation de certains pays commencent à soutenir le développement d’un environnement propice en mettant à jour les exigences en matière de licences et en mettant en œuvre des réglementations KYC numériques. Ils peuvent rendre difficile pour les fintechs d’assurer la continuité de leurs activités et la conformité sur tous les marchés. Les entrepreneurs et les investisseurs peuvent être exposés à des taux de change fluctuants et à un contrôle strict des changes dans certains pays. Le troisième facteur se focalise sur des investissements fintech record en 2021, le financement ralentit, en particulier pour les start-up en phase de démarrage. Cela suggère que les fintechs africaines devront probablement se serrer la ceinture pour s’adapter à une nouvelle réalité du financement du capital-risque. Y Combinator (YC), un accélérateur de start-up technologique basé aux États-Unis, a conseillé à sa communauté de plus de 7.000 fondateurs de s’attendre et de planifier le pire, de réduire les coûts et étendre leur piste parce que "pendant les ralentissements économiques, même les fonds de capital-risque de premier plan ralentissent leur déploiement de capital. En conséquence, il peut être nécessaire de trouver des moyens de stimuler la participation locale au financement à risque. Actuellement, environ 70% des start-up fintech sont financées par des investisseurs dont le siège se trouve hors d’Afrique, la plupart d’entre eux en Amérique du Nord. De plus, la plupart des transactions financées localement concernent des start-up en phase de démarrage. Les fintechs qui réussissent auront probablement besoin d’une stratégie ambitieuse pour attirer, développer et retenir les meilleurs talents. Les fintechs devront relever ce double défi de la raréfaction des capitaux, fuite des cerveaux et de la concurrence croissante pour les talents pour prospérer à l’avenir. Pour garantir une gouvernance d’entreprise de classe mondiale et susceptible d’être un facteur essentiel pour permettre aux fintechs de naviguer sur ce terrain incertain et fragmenté, il faut gérer la rareté et atteindre avec succès l’échelle et la rentabilité. Une structure de gouvernance efficace peut aider à bâtir une culture organisationnelle forte et positive qui offre stabilité, clarté et orientation, même dans les moments difficiles. Les fintechs peuvent évoluer rapidement, il est essentiel qu’elles disposent d’une base de conformité bien développée pour gérer activement les changements réglementaires et éviter de se heurter aux régulateurs un défi que beaucoup commencent à relever.

Quel état des lieux faites-vous du marché tunisien, deux ans après le déclenchement de la pandémie Covid-19 ?

La pandémie du Covid-19 a accéléré les tendances existantes vers la numérisation et a créé un environnement fertile pour les nouveaux acteurs technologiques, même si elle a causé des difficultés importantes et perturbé des vies et des moyens de subsistance à travers le continent.

Mais en comparaison avec d’autres pays de l’Afrique francophone, la Tunisie est encore à la traîne dans ce domaine...

Le potentiel des fintechs dépend des régions. Il y a trois catégories de pays : les pays qui sont en avance dans ce domaine, tels que le Kenya et le Nigeria, les pays à fort potentiel, à l’instar de l’Egypte et de la Côte d’Ivoire et les régions qui sont à la traîne, essentiellement la zone francophone et particulièrement le Maghreb. Ce retard serait imputé à la réglementation et la non-intégration du marché maghrébin. L’écosystème est peu favorable au développement des jeunes pousses spécialisées dans les technologies financières. En Tunisie, les fintechs en phase d’expansion ne représentent que 4% contre 32% en Afrique francophone.

Quelles solutions proposez-vous ?

Les principales fintechs africaines partagent un ensemble commun de caractéristiques gagnantes. Premièrement, compte tenu de la variabilité entre les marchés africains, il est important que les fintechs adaptent leur proposition de valeur au marché sur lequel elles pénètrent. En Afrique, les contraintes d’infrastructure ont fait que les plus anciennes fintechs du continent, par exemple, Fawry en Egypte, M- Pesa au Kenya et Interswitch au Nigeria, sont entrées sur les marchés en construisant des infrastructures spécifiques à un seul pays et, par conséquent, sont désormais les leaders du marché. Deuxièmement, pour parvenir à une croissance durable, les entreprises qui opèrent depuis longtemps sur le continent ont bâti leur succès sur l’acquisition rapide de clients. La population africaine en croissance rapide de plus de 1,3 milliard d’habitants offre un vaste marché potentiel pour les technologies financières, mais l’acquisition de clients peut être difficile en raison de facteurs tels que les contraintes d’infrastructure et le faible pouvoir d’achat des clients. Les principaux acteurs ont dû prendre des mesures pour surmonter ces contraintes, par exemple en tirant parti des réseaux physiques préexistants ou en employant des stratégies de tarification agressives pour proposer des frais et charges moins chères que leurs concurrents. Troisièmement, une fois qu’elles ont acquis des clients, les principales fintechs ont trouvé un moyen durable de traduire cela en stratégies de monétisation claires. M-Pesa et MTN ont tous deux une forte composante de prêt en plus de leurs portefeuilles, tandis que Paga a tiré parti de sa forte position dans les portefeuilles pour se développer dans l’acquisition de commerçants. Quatrièmement, un marqueur clé du succès en Afrique a été la capacité à s’adapter à la réalité du faible revenu moyen par utilisateur (Arpu). Le PIB par habitant en Afrique est le plus bas. Les fintechs se sont adaptées à cela, par exemple, en utilisant l’échelle pour réduire le coût du service aux clients, comme l’a fait M-Pesa, ou en changeant le modèle commercial pour payer à la demande pour les entreprises qui ne peuvent pas se permettre des paiements anticipés, comme l’a fait Yoco. Cinquièmement, une autre réalité africaine est que 90% des transactions sur le continent se font toujours en espèces. Les fintechs prospères ont dû trouver des moyens d’atteindre les clients hors ligne. Les stratégies clés ici incluent la construction de réseaux d’agents ou l’utilisation d’infrastructures préexistantes telles que des magasins physiques pour la prestation de services financiers. (TymeBank en Afrique du Sud a surmonté les problèmes d’infrastructure grâce à une alliance stratégique avec de grands détaillants. Cela a permis à la banque de placer des kiosques d’ouverture de compte dans les magasins de détail à travers le pays, évitant ainsi le besoin d’un réseau de succursales physiques) Enfin, avec des régulateurs de plus en plus actifs en Afrique, de nombreuses fintechs prospères, notamment OPay, M-Pesa et Fawry, ont, après avoir atteint une échelle significative, choisi de s’engager de manière proactive avec les parties prenantes réglementaires afin qu’elles puissent avancer ensemble.

Les régulateurs, par exemple, pourraient envisager de prendre des mesures pour formaliser les systèmes de données, promouvoir une réglementation prévisible et suivre le rythme des changements dans le paysage des technologies financières, tandis que les investisseurs pourraient chercher à élargir les opportunités locales, éduquer les investisseurs africains sur les opportunités potentielles sur le continent et se concentrer sur la valeur ajoutée tangible des start-up plutôt que sur leur seule valorisation de vente. Comme l’a commenté Jumanne Mtambalike, P.-d.g. de la société d’investissement Sahara Ventures : "Que nous les appelons "Zebracons" ou "Chamels", nous devons trouver un moyen de faire en sorte que les start-up africaines ressemblent davantage à des entreprises africaines et non à des véhicules créés pour être vendus aux plus offrants des investisseurs privés et des marchés boursiers". De plus, le crowdfunding peut contribuer à la résolution des problèmes de financement rencontrés par les acteurs économiques et sociaux. En conclusion, l’irruption des technologies financières en Afrique engendre un écosystème qui pourrait également apporter un certain nombre d’avantages, par exemple en améliorant l’accès aux soins de santé et à l’assurance à grande échelle et en augmentant l’accès aux prêts dans des secteurs clés tels que l’agriculture. Les nouveaux arrivants jouent également un rôle déterminant dans la promotion de l’inclusion financière, en particulier chez les femmes.

Sabrine Ahmed

(Source : La Presse, 26 novembre 2022)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 16 649 296 abonnés Internet

  • 16 127 680 abonnés 2G+3G+4G (96,87%)
    • 2G : 16,79%
    • 3G : 29,09%
    • 4G : 54,12%
  • 229 722 abonnés ADSL/Fibre (1,39%)
  • 290 750 clés et box Internet (1,74%)
  • 1444 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,39%
  • Internet mobile : 98,61%

- Liaisons louées : 4 433

- Taux de pénétration des services Internet : 99,03%

(ARTP, 30 septembre 2022)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 279 856 abonnés
- 239 481 résidentiels (85,57%)
- 40 375 professionnels (14,43%)
- Taux de pénétration : 1,62%

(ARTP, 30 septembre 2022)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 20 607 679 abonnés
- Taux de pénétration : 119,79%

(ARTP, 30 septembre 2022)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik