twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

InTouch SA, l’agrégateur panafricain de paiements mobiles et de services numériques

jeudi 2 mars 2017

Quelle problématique est à l’origine de InTouch SA ?

En Afrique subsaharienne, près de 70% des adultes ne disposent pas de comptes bancaires classiques. Pour ces oubliés du système, les transactions financières quotidiennes étaient uniquement effectuées en cash jusqu’au début des années 2000. En 2007, Safaricom, filiale kényane du groupe Vodafone lança le premier service de paiement mobile, utilisant tout type de téléphone sur le marché pour effectuer différentes opérations financières. Depuis, 82% du continent africain est désormais couvert par un service de “Mobile Money” et l’Afrique concentre à elle seule, 52% des services d’argent mobile dans le monde.

L’une des raisons du succès du Mobile Money, outre le contexte favorable et le modèle économique sur lequel il est basé, est qu’il permet désormais à des millions d’Africains en possession de comptes d’argent mobile, d’effectuer quotidiennement des achats, notamment dans des points physiques à savoir des boutiques de quartier, des pharmacies, des salons de coiffure, etc. On trouve aujourd’hui, plus de 2 millions de points offrant ces types de services en Afrique.

Pourtant, à l’échelle du continent, hormis la Tanzanie, l’Ouganda et Madagascar, les services de Mobile Money ne sont pas encore interopérables. Cela signifie en fait qu’un client d’un opérateur mobile ne peut effectuer des transactions qu’avec d’autres clients de ce même opérateur. Résultat, lorsqu’un marchand décide d’offrir à sa clientèle la possibilité de réaliser des achats par Mobile Money, ce dernier est obligé de s’équiper d’un terminal par opérateur pour permettre à tous de pouvoir payer, en plus des moyens classiques de paiement dont il dispose déjà. Cela nécessite d’avoir plusieurs terminaux, de disposer de comptes auprès de chaque opérateur et d’assurer un suivi de chaque système avec un reporting dispersé et très limité.

Quelle est votre proposition de valeur ?

Fondé par Omar Cissé, ancien Directeur de l’incubateur CTIC Dakar et cofondateur de Teranga Capital, InTouch SA propose une plateforme universelle baptisée « Guichet Unique Touch », qui permet d’accepter tous les moyens de paiement, du cash au Mobile Money, et qui facilite l’accès à tous les services digitaux sur un terminal unique. Cette solution peut être installée sur un téléphone Android, un PDA, une caisse, un site web, une application mobile et même pour des ventes entre particuliers sur les réseaux sociaux.

Quelle est la valeur ajoutée de InTouch SA ?

Nous nous positionnons comme un facilitateur. Pour le moment chaque marchand qui utilise un service doit avoir un téléphone correspondant (Orange, Tigo) ou une interface web (Wari, Joni Joni). Le Guichet Unique Touch permet de simplifier l’utilisation de tous ces services puisqu’il propose une offre très large de services digitaux et de moyens de paiements mobiles en gérant un seul device, un seul fond de roulement et avec un seul reporting regroupant toutes les solutions. Il permet aussi au marchand de mieux connaître ses clients via un CRM et un outil de gestion de fidélité intégré.

En résumé, les avantages du Guichet Unique Touch sont les suivants :

1. Un point de contact unique pour tous les services : sur une seule plateforme, vous accédez à différents moyens de paiement pour répondre facilement et rapidement à tous les besoins de vos clients.

2. La simplification des process de vente : avec un compte unique et un seul fond de roulement qui vous permet de gérer tous les moyens de paiement et services digitaux.

3. Un catalogue de services étendu : dépôt et retrait d’argent, achat de crédits téléphoniques, paiement de factures et abonnements, souscription à des produits d’assurance, paiement marchand, achat et retrait de bons…

4. La connaissance client : avec la solution de fidélisation intégrée, le professionnel crée une relation personnalisée avec ses clients, apprend à mieux les connaître et à mieux répondre à leurs besoins.

5. La sécurisation et la centralisation des flux : Une solution sûre et fiable avec une visibilité en temps réel de toutes les transactions (outil de reporting intégré). Le client bénéficie d’une vision d’ensemble sur ses opérations lui permettant de prendre des décisions stratégiques.

Quelles sont les différents segment de clientèle de votre startup ?

InTouch SA vise deux segments de clientèle différents, à savoir les grands groupes et les commerces indépendants. Pour la première catégorie, nous travaillons actuellement avec certaines des sociétés les plus importantes en Afrique et dans le monde à l’instar de Total Afrique Moyen-Orient. Nous sommes présents au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Cameroun et devrions être implantés dans 38 pays d’ici 2019. 
La deuxième catégorie englobe principalement les restaurants, coiffeurs, boutiques ou encore des salons d’esthétique qui pourraient simplifier leur gestion, diversifier leur offre et leur clientèle grâce à notre solution.

Quels sont les canaux de communication pour atteindre vos clients ?

Pour l’heure, nous communiquons principalement sur nos réseaux sociaux (Linkedin et Twitter). Les autres outils de communication sont en phase d’être finalisés (site web, plaquettes, affiches, flyers…). Nous communiquons également par notre réseau, en participant à des compétitions de startups (Big Booster, Africa Tech Now). Par la suite nous communiquerons via un blog, les réseaux sociaux, des PLV (publicités sur le lieu de vente) au niveau des points de vente, des campagnes d’animation, de l’e-mailing et des campagnes SMS. Enfin, nous allons aussi initier des études sur le secteur que nous publierons.

Quels sont vos canaux de distribution et de vente ?

InTouch SA est présent dans 170 stations Total au Sénégal et dans plus de 200 points de services indépendants. Dans les 6 mois à venir, nous serons dans 1 000 boutiques de quartiers, salons de coiffure et points de vente avec pour objectif d’atteindre 10 000 points d’ici 3 ans rien que pour le Sénégal. À la fin de cette année, notre solution aura été déployée dans 9 pays. Ces réseaux constituent notre principal canal de distribution.

Quelles sont vos sources de revenus ?

Nos revenus sont basés sur des pourcentages transactionnels. Entre 1% et 4% sur toutes les transactions effectuées sur notre plateforme

De quelles ressources humaines dispose votre startup ?

L’équipe InTouch est composée d’une direction générale, d’une direction commerciale (17 personnes), d’une direction technique (25 personnes) et d’une direction administrative et financière (8 personnes). Nous comptons aussi une vingtaine de développeurs.

De quelles ressources financières disposez-vous ?

Nous avons financé l’activité sur fonds propre. En 2015, notre chiffre d’affaires s’élevait à plus d’1,3 millions d’euros. Nous finançons l’entreprise à partir des ressources générées par l’activité.

Quels sont vos partenaires clés actuels ?

Nous sommes en partenariat avec Total Afrique Moyen-Orient et Atos Worldline.

(Source :Innogencepulse, 2 mars2017)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)