twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Importance de l’état civil : Les acteurs misent sur la communication digitale

samedi 15 juillet 2017

Face à l’importance des réseaux sociaux, le Centre national d’état civil (Cnec) a initié une campagne digitale avant-hier pour sensibiliser sur l’importance de la déclaration.

« Sans papier d’état civil, on n’existe pas », déclare d’emblée Magatte Dièye, expert en communication. D’où l’intérêt de la mise en œuvre du Projet d’appui à la modernisation de l’état civil (Pamec) qui est en cours d’exécution. C’est dans ce cadre que s’est tenue une journée de communication digitale sur l’importance de la déclaration civile. L’objectif de cette campagne est de s’adapter aux nouvelles techniques de communication.

« L’état civil est un casse-tête pour les populations ; c’est un problème sérieux, alors que les gens le minorent », explique Magatte Dièye, expert en communication marketing et en développement, qui précise que depuis le 18 février 2015, le chef de l’Etat Macky Sall a érigé l’état civil en priorité nationale. D’après lui, nous voulons avoir des relais (journalistes, badiènù gokh) pour résoudre le problème de l’état civil dû à une méconnaissance des papiers et un manque de communication. « Si nous arrivons à régler ces difficultés, nous aurons un taux élevé de déclaration », a-t-il affirmé. M. Dièye précise que nous pouvons perdre nos biens, autres avantages et acquis (diplômes) faute de papiers d’état civil. Il a révélé que l’Ong Aid action, en 2006, voulant aider les populations de Kolda, leur avait offert des téléphones portables afin qu’elles puissent déclarer les naissances par signalement.

Malheureusement, le projet a capoté, parce que la loi sénégalaise n’accepte pas cette procédure. Toutefois, il a ajouté que les audiences foraines permettent d’aider les populations à avoir ces actes. « Il faut que les services qui travaillent pour l’état civil ne soient pas des véreux », a invité Magatte Dièye, révélant l’existence de logiciel de l’état civil qui va nous mener vers l’automatisation. Aussi a-t-il déploré le fait que : « les centres d’état civil ne sont pas connectés ». L’expert en communication a affirmé qu’en dépit de l’existence des 589 centres d’état civil, ils pourront être augmentés du fait des besoins liés à la démographie. M. Dièye a souligné qu’ils sont en train de travailler sur des statistiques officielles avec l’Ansd pour savoir le nombre de personnes non déclarées.

« Du 16 au 21 juillet, une sensibilisation liminaire sera organisée pour mieux vulgariser nos activités, car les réseaux sociaux ont un rôle important à jouer », a fait savoir Magatte Dièye, qui regrette le manque de crédibilité de certains services d’état civil.

Serigne Mansour Sy Cissé

(Source : Le Soleil, 15 juillet 2017)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)