twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Impact des réseaux sociaux chez les enfants : Kédjo Elie Michel préconise des cours d’initiation

lundi 28 novembre 2016

Le sociologue camerounais Kédjo Elie Michel, participant samedi dernier à un panel sur les réseaux sociaux, a préconisé l’initiation des enfants à l’utilisation de ces outils. Il estime que l’école peut permettre d’éviter les dérives.

Les membres de l’association des journalistes et des communicants camerounais au Sénégal (Camjosen) ont débattu, samedi dernier, sur les opportunités et menaces des réseaux sociaux en Afrique. Des experts en la matière ont apporté leur réflexion sur la problématique. C’est le cas de Kédjo Elie Michel, psycho-sociologue spécialisé en Sociologie du développement et des changements sociaux, qui préconise des cours d’initiation à l’utilisation de Facebook et autres Tweeter. Selon lui, ces voies de communication modernes deviennent de plus en plus une instance de socialisation et de resocialisation.

Cependant, elles présentent des dérives, avertit-il. ‘’Sur ces réseaux sociaux circulent des valeurs et parfois des contre-valeurs’’, dit-il. A titre d’exemple, dit-il, des enfants apprennent sur cette plate-forme et se font des amis virtuels. Ce qui est un couteau à double tranchant. ‘’Vous voyez des enfants qui ne demandent plus des conseils aux parents et qui préfèrent aller consulter leurs amis virtuels qui se trouvent sur les réseaux sociaux. Cela n’est pas sans conséquence’’, fait-il remarquer. L’impact peut donc résider dans la manipulation, l’instrumentalisation.

Raison pour laquelle il préconise l’initiation des enfants à l’utilisation de ces technologies. A son avis, l’école doit être mise à contribution afin que les enfants puissent discerner le bien et le mal et faire très attention.

‘’L’impact se situe à deux niveaux’’

Au sein des ménages, ce chercheur en Sciences sociales situe l’impact à deux niveaux, l’un positif et l’autre négatif. ‘’Les réseaux sociaux qui sont devenus un moyen rapide de communication et moins cher, permettent aux membres d’une même famille de communiquer, d’être connectés, de partager des informations, surtout avec ceux qui se trouvent à l’extérieur’’, souligne-t-il. Cela constitue un avantage qui permet de garder des liens familiaux.

Par contre, au sein des membres d’une même concession, il peut y avoir des effets négatifs qui affectent le fonctionnement des foyers. ‘’De plus en plus, vous voyez dans les familles que les enfants ont les yeux rivés sur les Smartphones. Cela favorise l’isolement. Les gens sont de plus en plus dans leur coin ; il n’y a plus de discussions. L’ambiance familiale tend à disparaître’’, décrypte Kédjo Elie Michel. Qui reste convaincu qu’il n’y a plus cette convivialité dans les maisons.

Aïda Diène

(Source : Enquête, 28 novembre 2016)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)