twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

« Il y a un néant juridique en ce qui concerne internet au Sénégal » selon Ousmane Blé Mbaye, Développeur Web

samedi 21 novembre 2009

A l’occasion des « 48 heures de Google » au Sénégal, Ousmane Blé Mbaye, développeur web, a fait savoir que le développement de l’internet n’est pas suivi par celui des lois devant l’encadrer. Malgré le développement fulgurant de l’internet au Sénégal, les lois devant encadrer ce secteur n’ont pas suivi. C’est l’avis de Ousmane Blé Mbaye, développeur web, qui s’exprimait hier en marge des « 48 heures de Google » au Sénégal. « Il y a un vide juridique, voire un néant, en ce qui concerne internet au Sénégal », a soutenu M. Mbaye.

Selon Ousmane Blé Mbaye, « la loi doit être neutre, elle ne s’applique pas seulement à Internet et pas à la radio ou à la télévision. Elle ne doit pas être ficelée par rapport à un support ou à une technologie ». Et partant de ce fait, M. Mbaye estime que « la loi doit être conçue de telle sorte que demain, s’il y a un support nouveau, la même loi s’applique dessus.. Mais, malheureusement, tel n’est pas le cas au Sénégal », se désole Ousmane Mbaye. Ce qui lui fait dire qu’« il n’y a aucune base légale sur laquelle un juge peut se baser pour se prononcer sur un différend portant un contenu web ».

Prenant l’exemple du débat sur la reprise par certains sites des informations de la presse quotidienne, Ousmane Mbaye prévient : « Ceux qui ont porté plainte contre les sites internet pour diffusion non autorisée des contenus de leur site web seront déboutés. Le tribunal va se déclarer incompétent parce qu’il se pose le problème de la territorialité des sites web. Il va juger sur la base de quelle loi ? » Avant de préciser : « Il n’y a aucune loi qui régit internet et la loi sur les droits d’auteur et les droits voisins est votée, mais toujours pas promulguée ».

Par ailleurs, Tidiane Dème, chargé du Bureau de Dakar et du développement des activités de Google sur l’Afrique francophone, voit dans la rencontre d’hier un moyen de développer l’internet. « Pour nous, une bonne partie du travail, au-delà de l’accès, c’est travailler avec la communauté des développeurs afin qu’il y ait plus de contenus africains pour que les internautes africains aient du contenu qui est pertinent pour leur vie quotidienne, leurs besoins », soutient-il.

Bachir Fofana

(Source : Le Populaire, 21 novembre 2009)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)