twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Ignacio Ramonet : ’’l’idée du Fonds de solidarité numérique est excellente’’

vendredi 12 décembre 2003

Un des premiers à défendre la nécessité d’une information alternative pour contrer le discours dominant à travers l’Internet, le directeur du mensuel français Le Monde Diplomatique, Ignacio Ramonet ne jette pas un regard optimiste sur la première phase du Sommet mondial sur la société de l’information où certaines questions capitales vont rester en suspens. Initiateur du mouvement altermondialiste ’’ATTAC’’ et auteur de plusieurs ouvrages de références comme ’’Propagandes silencieuses’’, ’’La tyrannie de la communication’’, ’’Nouveaux pouvoirs, nouveaux maîtres du monde’’ et ’’Géopolitique du chaos’’, Ignacio Ramonet considère l’Internet comme un excellent canal pour contrer le discours dominant.

APS : Le sommet mondial sur la société de l’information, dont l’objectif est de démocratiser l’utilisation des technologies de l’information et de la communication va-t-il réellement servir de base à l’érection d’une véritable société de l’information ?

Ignacio Ramonet : On savait qu’Internet est un des points de conflit : aujourd’hui on peut être sûr que le souhait des ONG, des associations et des citoyens de voir Internet échapper au contrôle de l’administration américaine ne sera pas effectif. Internet est devenu un bien commun et il se pose actuellement la nécessité de le transférer sous la direction d’une agence onusienne comme l’Unesco ou d’une autre structure qui devra être créée. Malheureusement cette proposition a été rejetée. La question du Fonds de solidarité numérique émise par le président sénégalais est bonne. C’est une excellente idée mais là aussi quelques réticences observées font que des études préalables devront être faites avant que ce Fonds ne puisse voir le jour. Y a donc pratiquement aucune mesure concrète qui sera prise à l’issue de la première phase du sommet même s’il y aura un Plan Marshall pour la solidarité numérique qui sera lancé. Concernant la question des libertés, il est aussi clair que des pays comme la Chine vont tout faire pour qu’il n’y ait pas d’avancée à ce niveau. On peut vraiment douter de l’issue du sommet car sur d’autres points comme la propriété intellectuelle, on n’avance réellement pas.

APS : Est-ce que le caractère désormais mercantile de l’information ne va pas encore rendre plus exclusif l’utilisation des tic ?

Ignacio Ramonet : Avec les TIC, l’information est une marchandise qui s’échange entre nantis des pays du Nord mais aussi du Sud. Ça crée davantage d’inégalité entre les personnes et le fossé numérique ne cesse de s’élargir. Internet pose aussi beaucoup de problèmes avec les réseaux racistes, mafieux ou pédophiles et il urge à ce niveau de réagir très rapidement. Ce qui me semble sain est que les citoyens prennent le contrôle de l’internet même si l’administration américaine continue de montrer ses réticences à voir ce contrôle échapper à la structure Icann (Ndlr : Icann est une organisation à but non lucratif dont la légitimité est encore fragile et qui s’est vu attribuer le mandat de diriger le système de gestion des noms de domaine +DNS+ existant jusqu’alors et qui était contrôlé par le gouvernement américain).

APS : Quelle place devra être désormais celle des médias traditionnels si l’on sait qu’à ce niveau, les grands groupes médiatiques forgent et modulent l’information à leur guise ?

Ignacio Ramonet : Ce qui se passe maintenant, on a un transfert de la radio vers l’ordinateur et bientôt de la télévision vers l’ordinateur à des conditions très satisfaisantes techniquement. L’information immédiate est donc en train de devenir la norme avec cependant tous les dangers que cela comporte. La surabondance de l’information ne permet pas paradoxalement d’être mieux informée. Et ce qui est regrettable est que cette surabondance crée les conditions de sa propre contamination. Il faut aussi dire que même si les grands médias contrôlent l’information dominante, il y a tout de même un immense espace pour l’information alternative. Internet offre l’option à une information alternative. Il est donc possible d’émettre de n’importe où à travers le monde un discours différent du discours dominant. Tous les forums des altermondialistes seraient impossibles sans Internet. C’est vrai que les médias électroniques vont accélérer la puissance des grands groupes mais le net est aussi un excellent support pour le contre pouvoir dominant actuel.

Propos recueillis par Macky Sall

(Source : APS 12 décembre 2003)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)