twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Ibrahima Nour Eddine Diagne, la concentration du marché autour des géants du numérique, un frein au e-commerce

lundi 17 décembre 2018

Le commerce électronique est promis à un bel avenir en Afrique, mais de sérieuses menaces planent encore et inquiètent les spécialistes. C’est en substance ce que suggère l’administrateur général de Gainde 2000. Prenant part au panel de haut niveau organisé à Nairobi par l’African Performance Institute (API) et présidé par le ministre sénégalais du commerce, Ibrahima Nour Eddine Diagne (photo) a pointé la concentration du marché autour des géants de la Tech. Mais, à l’en croire, les obstacles à l’épanouissement du e-commerce ne s’arrêtent pas là puisque les avancées technologiques rapides et l’imperfection de la réglementation ne devraient pas arranger les choses.

Pour une anticipation des obstacles

Face à cette situation, il conviendrait d’agir au lieu d’attendre que le ciel nous tombe sur la tête. Pour ce faire, Alioune Sarr, en charge du secteur au Sénégal, a préconisé la mise en place dans chaque pays d’une E-commerce Academy pour renforcer les compétences ainsi que la création d’un E-commerce Factory pour concentrer toutes les capacités, informations et compétences en un « lieu unique de sorte à appuyer les entrepreneurs, mais aussi à protéger les consommateurs ». Oui, de l’avis du ministre sénégalais du commerce, il urge de réagir donc, pour anticiper les problèmes qui se posent aux professionnels.

Insister sur la régulation

De son côté, la directrice exécutive du Centre pour le commerce international a appelé les gouvernements à mettre l’accent sur trois piliers que sont une régulation adéquate, la promotion de l’entrepreneuriat et la création d’un dialogue public privé. Arancha Gonzales a aussi fait part de sa volonté de voir l’innovation encouragée dans tous les Etats désireux de jouer un rôle décisif dans le domaine du e-commerce. La directrice de l’Organisation Mondiale des Douanes (OMD), pour sa part, a axé son intervention sur la nécessité pour les Etats de veiller à la sécurité, la facilitation et la collecte des revenus dans le dessein de faciliter l’activité devenue mondiale aujourd’hui.

Elimane

(Source : CIO Mag, 17 décembre 2018)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)