twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Hébergement de toutes les données nationales au niveau du Data center : Les acteurs du digital approuvent, mais exigent des gages

jeudi 24 juin 2021

Lors de l’inauguration du Data Center de Diamniadio, le Chef de l’Etat Macky Sall a demandé aux structures de l’Etat ainsi que du privé de faire héberger, désormais, l’ensemble de leurs données dans cette infrastructure. Une décision qui a été approuvée par les acteurs du numériques. Toutefois, ces derniers exigent des gages, de crédibilité et surtout de sécurité de la part de l’administration publique.

« Le Sénégal vient de faire un pas vers sa souveraineté numérique. Depuis très longtemps, nous n’arrêtons pas de tirer la sonnette d’alarme par rapport aux dérives liées à la gestion des données, par rapport à la sécurisation de certaines informations notamment biométriques et des données liées à l’état civil et à la carte électorale. Nationaliser les données répond à une demande exprimée par les acteurs, par l’écosystème et par une nécessité de s’adapter aux réalités du moment ».

C’est l’avis de Cheikh Fall, acteur de la transformation digitale. « Souvent, c’est le gouvernement même qui violait la protection et la sécurisation de ces données par défaut de compétences et de connaissances. Aujourd’hui, l’avantage qu’on a est que ce plateau technique pourrait aider les spécialistes à mettre leurs compétences et talents au service de l’Etat. Cela pourrait booster le secteur de l’écosystème du numérique et du cyber espace. On a une floraison d’idées, et de sociétés qui emploient aujourd’hui des Sénégalais et qui créent des revenus. Ces secteurs vont trouver un instrument moins cher pour pouvoir héberger leurs données et de pouvoir compter sur l’expertise locale », se réjouit-il. Selon le président d’Africtivistes, cela va impulser une nouvelles dynamique au sein de l’administration et du numérique administratif. C’est aussi, ajoute-t-il, un point qui va permettre d’avoir le Data Driver Processus c’est-à-dire toutes les initiatives qui s’appuient sur la base de l’utilisation des données et de leur traitement.

« Les strart-up ne sont pas obligées d’héberger lerus données au Sénégal »

Toutefois, Cheikh Fall pense qu’il faudrait que des dispositions puissent être prises pour accompagner, sécuriser mais aussi développer une politique et des mesures de sauvegarde afin de protéger les droits des utilisateurs et d’atténuer les risques du détournement ou de partage de ces données à d’autres fins. « Il faudra des gages d’assurances de crédibilités et surtout de sécurité de la part de l’administration publique, pour que les start-up aient confiance pour confier leurs données au Data Center. On sait tous, aujourd’hui, l’enjeu que les données représentent pour l’environnement géopolitique mais aussi pour les compétitions politiques », indique-t-il.

Avant de préciser que les start-up sont libres et ne sont pas forcément obligées à héberger leurs données au Sénégal, car aucune loi ne l’impose, pour le moment. Il signale, par ailleurs, que des réticences peuvent survenir au niveau de la mutualisation et de l’uniformisation des procédures et des supports numériques au niveau des Agences de l’Etat, des ministères et des Directions. « Tout cela devrait être mis ensemble, à partir d’un processus d’information qui s’appuie sur une technologie hiérarchisée, organisée et structurée, sur la base des orientations de l’Adie (Agence de l’Informatique de l’Etat, ndlr) », propose-t-il.

Jean Pierre Malou et Ndeye Aminata Cissé

(Source : Sud Quotidien, 24 juin 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)