twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Hadja Fatimata Ouattara au Digital African Tour – Burkina 2019 : « Nous avons besoin de partenaires stratégiques pour nous accompagner »

jeudi 2 mai 2019

Le Burkina Faso s’est lancé des challenges dans sa transformation digitale. A travers plusieurs projets structurants, le pays travaille à devenir « une nation du numérique », a déclaré madame Hadja Fatimata Ouattara/Sanon, ministre du Développement de l’économie numérique et des Postes lors du Digital African Tour Burkina 2019. L’élan qu’a pris le pays est aujourd’hui éprouvé par une réorientation budgétaire due à la situation sécuritaire qu’il traverse. Mais, cette situation est loin d’émousser l’engagement des premiers responsables du Burkina, déterminés à faire profiter aux Burkinabè, les avantages qu’offre la transformation digitale. Entretien exclusif avec la ministre Hadja Fatimata Ouattara/Sanon. Elle revient sur les priorités pour son pays, notamment la recherche de partenaires stratégiques.

Cio Mag : Madame la ministre, où en est le Burkina dans ces grands projets structurants pour sa transformation digitale ?

Hadja Fatimata Ouattara/Sanon : Tout comme les autres pays, nous avons un écosystème pluriel. Vous avez l’Etat à travers le ministère que nous dirigeons, vous avez le régulateur, les opérateurs, le secteur privée. Ce que nous faisons, c’est de faire en sorte déjà que l’écosystème fonctionne à travers une bonne règlementation nationale juridique. Donc, nous nous employons à ce que l’arsenal juridique national soit vraiment favorable au développement du numérique. Ensuite, il appartient à nous, Etat, de construire une infrastructure pour permettre au secteur privé et aux autres de pouvoir l’exploiter.

Nous accompagnons les opérateurs privés à construire le réseau national en fibre optique. La construction de ce réseau est en cours à travers le projet Backbone national ; mais aussi à travers le cloud gouvernemental. Parce qu’après la fibre optique, il nous faut des capacités de stockage pour les applications, pour les plateformes et tout le reste. Ces infrastructures sont en cours de construction.

Il y aussi un pan, le e-Burkina pour construire des plateformes intelligentes qui vont permettre au Burkina Faso d’amorcer sa digitalisation. Et ces plateformes seront hébergées sur le cloud. Après, il y a une grosse partie consacrée à la formation. Nous avons une grande ambition, mais il nous faut une expertise locale pour soutenir notre ambition de digitalisation. De ce fait, un accent particulier est mis sur la formation.

Tout cela subit aujourd’hui des contraintes majeures, la disponibilité du budget. Avec la menace sécuritaire du pays, il y a naturellement une réorientation du budget pour prendre en charge cette situation. Mais qu’à cela ne tienne, les plus hautes autorités, notamment le président du Faso, nous a instruit à ce que nous trouvions des moyens, des technologies appropriées pour couvrir les zones blanches ; pour améliorer la communication. Ceci, justement parce qu’il sera utile dans la lutte contre le terrorisme. C’est un projet en cours. Nous allons voir avec le Fonds du service universel, comment utiliser une technologie adaptée, légère et moins coûteuse pour couvrir ces zones blanches. Voilà quelques chantiers qui nous occupent en ce moment.

On comprend qu’il y a plusieurs sujets d’enjeux pour le Burkina. Les rencontres comme le Digital African Tour vous permettent-elles de trouver des réponses concrètes à vos ambitions pour la digitalisation du Burkina ?

Ce sont tout à fait de grandes opportunités. Ce sont des occasions pour que nos ingénieurs puissent se frotter aux experts internationaux sur des thématiques émergentes. A cette 4è édition du Digital African Tour au Burkina par exemple, nous avons parlé du big data, de l’open data de la blockchain. Ce sont des technologies innovantes et il est important que nos ingénieurs maîtrisent eux-aussi ces technologies qui vont nous permettre de faire un bon, de reformer un certain nombre de secteurs comme les banques, les finances, le cadastre, l’éducation, la santé et plein d’autres secteurs.

Je disais tantôt qu’il y a un pan important consacré à la formation. Et ce genre d’événements permet à nos ingénieurs de se frotter aux experts internationaux, d’apprendre à leurs côtés, et de se mettre dans une dynamique de réseautage. Les innovations numériques évoluent très vite et nos ingénieurs se mettent dans une dynamique de formation, de recyclage continu.

Infrastructures, ressources humaines, partenariats public-privé, qu’est ce qui est la priorité aujourd’hui pour votre pays ?

Tout est prioritaire. Mais aujourd’hui, nous avons vraiment besoin de l’accompagnement de partenaires stratégiques. Non seulement, pour nous accompagner dans la construction des infrastructures et aussi dans la formation. Le gouvernement fait ce qu’il peut, mais il a besoin de partenariats public-privé. Heureusement, nous sommes dans un secteur où tous les investissements sont rentables.

D’ailleurs, dans nos pays, les Etats se sont mis à construire la fibre optique par défaillance. En réalité, il appartenait aux opérateurs de construire l’infrastructure et de l’exploiter. L’infrastructure que nous construisons est une infrastructure exploitable, rentable et donc les partenaires peuvent nous regagner, dans une dynamique de partenariat gagnant-gagnant. Alors qu’est ce qui est la priorité ? L’infrastructure, la formation ; mais mieux, nous cherchons des partenaires stratégiques pour nous accompagner dans la digitalisation du Burkina Faso.

Propos recueillis par Souleyman Tobias

(Source : CIO Mag, 2 mai 2019)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)