twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Guirassy appelle l’Afrique à prendre en considération la gouvernance d’Internet

mercredi 19 octobre 2011

La gouvernance d’Internet doit être un aspect clé à prendre en considération par les pays en développement en général et surtout ceux de d’Afrique en particulier au vu de ce que représente cet outil en terme d’enjeux économiques et politique, a estimé Moustapha Guirassy, ministre de la Communication et des Télécommunications, porte-parole du gouvernement.

‘’ En effet, l’Internet présente des enjeux économiques et politique qui font que la manière dont il est régulé, contrôlé et développé, c’est-à-dire sa gouvernance, constitue une clef à prendre en considération, surtout pour les pays en développement et encore plus pour l’Afrique’’, a-t-il notamment dit.

Moustapha Guirassy s’exprimait mercredi à l’ouverture d’une table-ronde ministérielle de trois jours destinée à définir un agenda africain pour abriter la 42-ème réunion de l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN), prévue du 23 au 28 octobre à Dakar.

Déplorant le taux peu élevé d’internautes africains (moins de 5%), Moustapha Guirassy a regretté la présence faible de l’Afrique dans les instances de décisions d’Internet.

‘’ A ce jour, moins de 10 pays africains sur les 53 participent effectivement aux travaux de l’ICANN à travers le GAC , le secteur privé africain est quasi absent dans la constituante privée d’ICANN. Quant à la société civile , elle est très minoritairement representée’’, a-t-il souligné.

Selon le ministre de la Communication et des Télécommunications, la gestion technique du réseau d’Internet par une organisation de droit américain est ‘’ d’actualité’’ .

Il s’est réjoui de la première rrencontre d’experts africains destinée à se pencher sur les voies et moyens de prendre en compte les besoins et spécificités du continent dans l’agenda international d’ICANN .

D’après Moustapha Guirassy, la table-ronde ministérielle a pour objectif de mettre à niveau des ministres africains, des régulateurs et d’autres décideurs sur les enjeux et implications politiques de la gouvernance au niveau d’ICANN.

(Source : APS, 19 octobre 2011)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)