twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Guerre des tranchées entre SENTEL-MILICOM et Sénégal : Les 100 milliards réclamés par l’Etat vidé au siège de la Banque mondiale

samedi 3 avril 2010

Le procès opposant l’Etat du Sénégal à Sentel-Milicom a été ouvert jeudi dernier au siège de la Banque mondiale à Paris. Lieu où, le Centre international de règlement des différends liés à l’investissement (Cirdi), dont le siège se trouve à Washington, a délocalisé l’audience.

C’est avant-hier, jeudi, que le Centre international de règlement des différends liés à l’investissement (Cirdi) a enrôlé le dossier opposant l’Etat du Sénégal à la société de téléphonie mobile Sentel-Milicom. Les avocats des deux parties ont plaidé devant le tribunal pour démontrer la bonne foi de leurs clients. Sentel et Milicom ont mis à la disposition des juges toutes les pièces à conviction démontrant qu’ils avaient acquis, dans les règles de l’art, leur licence. Des documents contestés par les avocats de l’Etat. Lesquels ont convoqué les Codes de procédures existant au Sénégal lors de l’attribution de la licence à Sentel. Mais, on dirait que l’Etat du Sénégal a mis le paquet pour ce procès. La preuve, vendredi dernier, une rencontre s’est tenue dans les locaux du ministère de l’Economie et des Finances, entre les avocats de l’Etat et des autorités du ministère de M. Abdoulaye Diop. Ce, pour peaufiner une stratégie avant de faire face aux juges du tribunal international.

A noter que l’Etat avait mobilisé le cabinet François Sarr et associés, un agent judiciaire de l’Etat et deux défenseurs français. D’ailleurs, l’Etat du Sénégal a préféré recruté un professeur de Droit à l’Université de Versailles, en l’occurrence Thomas Cley, pour la défense de ses intérêts. Un acte qui ne fera certainement pas plaisir aux professeurs compétents de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Et, rien n’a filtré au cours de la procédure marquée sous le sceau de la confidentialité, mais dans les coulisses, le Crdi n’a pas apprécié les sorties constatées dans la presse dans ce dossier. D’autant plus qu’elles ont été véhiculées par des personnalités comme le ministre de la Coopération internationale, de l’Aménagement du territoire, des Transports aériens et des Infrastructures, Karim Wade, et le conseiller spécial du chef de l’Etat en Ntic, Thierno Ousmane Sy. Sentel-Milicom, de son côté, a sollicité les services de l’un des plus grands cabinets anglo-américains : Allen Overy, pour les besoins de la procédure et l’avocat sénégalais, Me Boucounta Diallo. Lequel est le seul conseil dans la procédure déclenchée par le tribunal de Dakar. Le tribunal arbitral international de Paris avait rendu, le 10 décembre dernier, au sortir de son audience au siège la Banque mondiale à Paris, une décision recommandant Dakar de suspendre les poursuites déclenchées contre Sentel et Milicom au tribunal régional. Surtout que le Sénégal est signataire de la Convention de Washington. Une mesure que les juridictions sénégalaises semblent appliquées. Car, l’audience a été renvoyée jusqu’au 26 mai 2010.

Pour rappel, une fois au pouvoir, le régime libéral a constaté que Sentel et Milicom avaient obtenu, en juillet 1998, « une licence d’exploitation dans des conditions illégales ». Par conséquent, il demande à Sentel et Milicom de payer le prix de la licence, soit 100 milliards de FCfa. Ce que refusent Sentel et Milicom en soutenant avoir obtenu une licence d’exploitation au terme d’un appel d’offres normal et de manière transparente pour une durée de 20 ans (1998-2018).

Mamadou Seck

(Source : L’Observateur, 3 avril 2010)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)