twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Gratuité de WhatsApp dans son réseau : Free use de subterfuges, contourne l’Artp et revient avec la « même » offre

lundi 30 décembre 2019

En pleine guerre dans une agressive campagne publicitaire, l’opérateur de téléphonie mobile Free ne laisse rien en rade. Alors qu’il lui a été interdit de donner gratuitement WhatsApp à ses abonnés, l’opérateur a trouvé l’astuce pour se passer de cette interdiction de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp).

Au Sénégal, l’arrivée de l’opérateur Free en octobre a poussé ses concurrents, Orange et Expresso, à proposer des offres concurrentielles. En conséquence, la baisse des tarifs de la téléphonie mobile, l’un des principaux objectifs de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes, a bel et bien eu lieu. Mais adopté par plusieurs Sénégalais qui n’en pouvaient plus de l’hégémonie d’Orange, Free avait décidé d’aller au-delà des simples offres de forfait que nous avons connues jusque-là. En effet, le 1er octobre dernier, l’opérateur de téléphonie Saga Africa Holdings Limited lançait ses nouvelles offres sous la marque Free. Des offres qui ont bouleversé la téléphonie au Sénégal. Trois packages révolutionnaires sont mis à la disposition des usagers et pour chacune des offres, l’accès à l’application WhatsApp et son utilisation sont gratuites. Une première dans le pays. Ce qui avait incité plusieurs clients à migrer vers Free. De quoi faire sortir la concurrence de ses gonds. Devant cette agressivité de Free, l’opérateur Expresso est le premier à saisir par courrier l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes pour protester contre les nouvelles offres de Free. Sonatel lui emboîte le pas le 2 octobre.

C’est ainsi que le 21 octobre, le Collège de l’Artp est saisi d’un recours contre les offres de Free qu’il juge anticoncurrentielles par rapport au modèle de rentabilité élaboré par l’Artp.

Dans sa décision rendue le 5 novembre dernier, celui-ci décide de couper la poire en deux. En effet, le Collège de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes n’a pas jugé anticoncurrentielles les offres de Free, à l’exception de la gratuité de WhatsApp. Par conséquent, l’Artp somme l’opérateur Saga Africa Holding Limited de retirer immédiatement de toutes ses offres la gratuité de WhatsApp.

En outre, l’opérateur a été tenu de porter à la connaissance de ses abonnés les informations transparentes et actualisées sur les conditions de vente et les prix pratiqués de ses nouvelles offres conformément aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur. Selon certaines informations, l’Artp s’est adossée à l’article 25 du Code des communications électroniques pour interdire la gratuité de WhatsApp. Selon cette disposition, l’utilisation de cette application doit obligatoirement être consécutive à l’achat d’un forfait Internet.

Free « revient » autrement

Mais alors que la concurrence croyait la question dépassée, Free est revenu de plus belle, proposant à ses clients une nouvelle offre qui n’a rien à envier à celle pour laquelle elle a fait objet de plainte suivie de la recommandation de l’Artp. Hier, l’opérateur de téléphonie a fait un post sur ses pages sur les réseaux sociaux pour informer de la nouvelle. « Face à la pression, nous sommes contraints de retirer la gratuité de WhatsApp. Mais on ne lâche rien, on continue de vous offrir le meilleur : WhatsApp Illimité pour tout le mois à chaque forfait acheté », a déclaré Free qui, comme pour faire dans la provocation, ajoute en wolof : « WhatsApp ba naaw ! Free Daal moma gueuneul »

La nouvelle a d’ailleurs été agréablement accueillie par les clients. Ces derniers, à travers leurs commentaires, ont manifesté leur soutien à leur opérateur et leur satisfaction vis-à-vis de cette nouvelle offre qui est déjà disponible. Certains sont allés jusqu’à magnifier l’ingéniosité de l’opérateur qui a usé de subterfuges pour contourner les sanctions de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes. C’est le cas de l’internaute Moukabaro Guèye qui s’est contenté du hashtag « #Limooy_baripéxé » pour réagir.

Sidy Djimby Ndao

(Source : Jotaay, 30 décembre 2019)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)