twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Ghana : la ministre des Télécoms blâme le régulateur pour n’avoir pas pris plus tôt des mesures contre MTN

vendredi 4 septembre 2020

La ministre des Communications du Ghana a reproché au régulateur télécoms sa lenteur à restreindre la domination de MTN Ghana, dont il avait pourtant connaissance depuis 2015. Ursula Owusu-Ekuful a souligné à l’intention des clients de l’entreprise de ne rien y voir de personnel contre cette dernière.

La ministre ghanéenne des Communications, Ursula Owusu-Ekuful a fustigé l’Autorité nationale des communications (NCA) du Ghana pour le retard pris pendant de longues années pour corriger le déséquilibre actuel du secteur national des télécoms, qui se traduit par une trop forte présence de MTN Ghana. La patronne du secteur s’exprimait le 2 septembre 2020 à Accra, en marge de la cérémonie de lancement de la mise à jour de l’application ghanéenne contre la Covid-19. C’était au lendemain du rejet par la justice des tentatives de MTN Ghana pour faire annuler la décision du régulateur de le désigner opérateur dominant.

La ministre a déclaré « qu’il n’est sain pour aucun pays d’avoir un seul opérateur dominant qui détient environ 70% des revenus du marché et 60% des parts du marché télécoms total, c’est malsain […]. Nous voulons que le régulateur s’asseye avec tous les acteurs et développe des mécanismes durables pour remédier au déséquilibre actuel et s’assurer qu’il ne se reproduira plus. Peut-être que nous blâmerons également le régulateur de ne pas avoir agi assez tôt, car les signes sont là depuis 2015 ».

Ursula Owusu-Ekuful a aussi souligné que les actions prises à l’encontre de MTN Ghana ne découlent d’aucun intérêt personnel. « Cela a été fait conformément aux lois et règlements de ce pays et l’erreur que les gens font est d’assimiler ce qui se passe dans d’autres parties du monde à ce qui se passe ici. Oui, c’est l’industrie des télécommunications, mais nous avons adopté une législation spécifique pour traiter des cas spécifiques et c’est donc exactement ce que le régulateur essaie de faire. Ce n’est rien de personnel […] Nous nous asseyons et nous parlons et avons des discussions comme je le fais avec tous les autres opérateurs et nous recherchons une plus grande collaboration avec tous », a-t-elle expliqué.

(Source : Agence Ecofin, 4 septembre 2020)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 154 400 abonnés Internet

  • 14 826 621 abonnés 2G+3G+4G (98,76%)
    • 2G : 22,99%
    • 3G : 41,61%
    • 4G : 35,40%
  • 186 225 abonnés ADSL/Fibre (1,24%)
  • 139 205 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 349 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 4 019

- Taux de pénétration des services Internet : 90,71%

(ARTP, 31 mars 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 236 763 abonnés
- 195 398 résidentiels (82,53%)
- 41 365 professionnels (17,47%)
- Taux de pénétration : 1, 41%

(ARTP, 31 mars 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 420 501 abonnés
- Taux de pénétration : 116,25%

(ARTP, 31 mars 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)