twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Ghana : La banque centrale veut se doter d’une monnaie virtuelle

mercredi 27 novembre 2019

La banque centrale du Ghana envisage sérieusement de créer une monnaie électronique pour impulser une dynamique de modernisation au niveau des systèmes de paiement a t-on appris ce mercredi 27 novembre 2019.

La Banque du Ghana lancera le projet pilote de l’e-cedi « dans un avenir proche ». C’est ce qu’a révélé Ernest Addison, le gouverneur de la banque centrale du pays. L’opération serait actuellement en pleine phase de négociation. Les autorités locales cherchent des investisseurs pour l’aider à parfaire le projet.

e-eco ou e-cedi ? Officiellement le pays est membre de la communauté économique et monétaire de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO). Cette organisation doit adopter en 2020, une nouvelle monnaie commune baptisée Eco. En clair, à partir de 2020, le Ghana devrait abandonner le cedi, la monnaie actuelle, pour la nouvelle monnaie communautaire.

De nombreux observateurs se demandent alors pourquoi ne pas intégrer le projet de création de la monnaie électronique du Ghana dans l’agenda de la monnaie à venir ? Pour leur part, l’e-cedi, ne doit pas être à l’ordre du jour. Le gouverneur de la banque centrale devrait plutôt analyser ce projet avec ses paires des 14 autres pays.

Inclusion financière. Les monnaies virtuelles se multiplient. Le potentiel de l’Afrique dont l’économie est encore en majorité informelle interpelle les banques centrales. Elles cherchent des solutions dans le numérique pour une inclusion financière des populations rurales. « L’ère numérique offre au secteur financier un potentiel énorme de réorientation pour satisfaire les nouvelles demandes des consommateurs et des entreprises en matière de services financiers » souligne le gouverneur Addison.

Pour l’heure, les services financiers reste l’apanage des personnes vivant dans les villes alors que jusqu’en 2030, la majorité de la population du Ghana sera dans les villages. C’est vers donc ce vivier que les autorités financières veulent se tourner également.

Mèneront-elles le projet dans un cadre local ou dans un cadre communautaire ? La question reste posée.

Maryse Atsé

(Source : https://www.ict4africa.net/, 27 novmebre 2019

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)