twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Gérants de ‘Télécentres’ : Unité en forte baisse

jeudi 30 avril 2009

Il y a quelques années, sur une distance de dix kilomètres, on pouvait retrouver quatre à cinq ‘télécentres’. Maintenant, le ratio est de moins 2 sur 10. Selon les statistiques publiées en 2008 par l’Union des exploitants des télécentres et des télé-services du Sénégal (Unetts), quelque 30 mille emplois à travers le pays ont disparu. Ces ‘boutiques de téléphone fixe’, installées au Sénégal à partir de 1992, disparaissent aujourd’hui les unes après les autres. Plus de cinquante mille gérants ont mis la clé sous le paillasson.

‘Cet état de fait est causé principalement par notre premier partenaire, la Sonatel’, dénoncent ces ex-gérants de télécentres à la recherche d’un emploi. Pour Cheikh Lèye, l’un d’entre eux, qui vit aux Parcelles Assainies, la libéralisation de la téléphonie mobile a entraîné la décadence de ce secteur. C’est entre 2007 et 2008 que Cheikh Lèye a investi dans le secteur. Il n’a pas tenu deux ans. Son ‘télécentre’, il l’a transformé en boutique d’alimentation. Car, il a confié avoir reçu un jour une facture téléphonique de soixante-quinze mille alors que dans ses caisses, il n’y avait que cinquante mille. Il n’avait plus le mental pour poursuivre son activité. Il fallait limiter la casse.

Habitant dans le même quartier que Cheikh Lèye, Séye est un retraité qui essaie de faire face à la concurrence. Il n’a pas fermé boutique, mais il est loin des cent mille francs mensuels de chiffre d’affaires qu’il réalisait à ses débuts, en 2004. Actuellement, il n’arrive qu’à payer ses factures. Pas plus.

Si les exploitants sont les premiers à ressentir les effets de la conjoncture dans ce secteur, la Sonatel en paye un prix. Le montant annuel des taxes d’exploitation était estimé à sept milliards de francs Cfa (Tva). Les exploitants participaient à hauteur de 50 milliards de francs Cfa au chiffre d’affaires de la première entreprise de téléphonie au Sénégal. Aussi, ils ont porté le taux de pénétration du téléphone de 7,5 à 8,5 %.

F. K. Sène

(Source : Wal Fadjri, 30 avril 2009)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)