twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Gambie : le régulateur se dote d’un outil de contrôle des radiations électromagnétiques

vendredi 23 septembre 2022

Du GSM à la 5G, les technologies de télécommunications ont toujours suscité le débat quant à leurs effets sur la santé des êtres humains. Le régulateur des télécommunications gambien prend des mesures pour rassurer les populations.

L’Autorité de réglementation des services publics (PURA) de la Gambie vient de s’équiper d’un outil de contrôle du rayonnement des champs électromagnétiques (CEM) avec le soutien financier de la Banque mondiale. Cette initiative est une réponse à l’inquiétude croissante du public quant aux effets négatifs possibles sur la santé de l’utilisation de téléphones mobiles et de stations de radio de base.

La PURA utilisera son nouveau matériel pour contrôler les fréquences de 100 Hz à 60 GHz, une fourchette qui implique pratiquement toutes les fréquences utilisées par les fournisseurs de services de télécommunication et de TIC dans le pays. Cela devrait permettre de renforcer la position du régulateur sur des mesures de protection robustes contre les effets des rayonnements ionisants. « L’évaluation des risques possibles pour la santé liés à l’exposition aux champs électromagnétiques est basée sur les preuves d’études et de recherches scientifiques  », a déclaré Mamud Jobe, directeur général de la PURA.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la mission du régulateur en matière de protection des consommateurs et de leurs intérêts conformément à la loi de 2001 sur l’Autorité de régulation des services publics de Gambie. Le régulateur est également chargé d’assurer et de fournir des informations sur le rayonnement électromagnétique des téléphones mobiles et de leurs stations de base radio afin de résoudre les problèmes qui peuvent alarmer inutilement et paniquer le grand public.

Par ailleurs, la PURA déclare avoir déjà élaboré des lignes directrices pour le rayonnement électromagnétique provenant des fournisseurs de services d’électricité et de télécommunications dans le pays. Ces directives sont conformes à celles de la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP) en ce qui concerne les limites d’exposition sûres pour la santé.

Isaac K. Kassouwi

(Source : Agence Ecofin, 23 septembre 2002)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 16 350 690 abonnés Internet

  • 16 349 008 abonnés 2G+3G+4G (97,25%)
    • 2G : 18,12%
    • 3G : 32,22%
    • 4G : 49,66%
  • 213 908 abonnés ADSL/Fibre (1,32%)
  • 234 052 clés et box Internet (1,43% )
  • 1682 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,670%

- Liaisons louées : 4 491

- Taux de pénétration des services Internet : 94,98%

(ARTP, 31 mars 2022)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 266 260 abonnés
- 225 387 résidentiels (84,65%)
- 40872 professionnels (15,35%)
- Taux de pénétration : 1,54%

(ARTP, 31 mars 2022)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 20 067 256 abonnés
- Taux de pénétration : 116,57%

(ARTP, 31 mars 2022)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik