twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Gambie : Comium sollicite la levée de suspension de ses activités et promet de régler ses dettes

lundi 11 octobre 2021

Après plusieurs mois de discussions infructueuses, le régulateur a finalement suspendu les activités télécoms de Comium en Gambie. Il exige le respect de la loi. Le titre d’exploitation de la société est en danger.

L’opérateur de téléphonie mobile Comium Gambia a sollicité la clémence de l’Autorité de régulation des services publics (PURA) de Gambie, la semaine dernière, quant à la levée de la suspension qui frappe ses activités depuis le mardi 5 octobre. La société a promis de régler ses dettes et d’effectuer des investissements avec l’appui de son nouvel investisseur d’origine britannique, si aucune condition ne vient entraver ses nouvelles ambitions.

Lamin Drammeh, le directeur technique de Comium, a révélé que l’opérateur a récemment accueilli un nouvel investisseur international avec lequel un accord de gestion a été signé dans le but de résoudre tous les problèmes financiers et de réseau actuels, y compris l’introduction ultérieure de la 4G et de la 5G. Il a souligné que les nouveaux investissements amélioreraient non seulement la situation économique du pays, mais créeraient également des emplois supplémentaires avec une augmentation d’au moins 30 % de la main-d’œuvre existante de Comium.

Après une mise en demeure servie le 17 septembre dernier à Comium pour non-paiement de ses frais de licence télécoms, de ses redevances de spectre pour la période 2020 et 2021 et des redevances de passerelle internationale s’élevant à un montant total de 69,1 millions de dalasis (1,3 million $), le régulateur avait décidé de suspendre les activités de la société télécoms sur l’ensemble du territoire national faute de mise en conformité.

Yusupha Jobe, le directeur général de la PURA, a expliqué qu’au-delà de l’aspect financier, Comium a également omis de fournir à l’Etat les informations requises par la loi en matière d’investissement. Il a déclaré que le régulateur télécoms souhaite que toutes ces obligations soient respectées. Dans le cas contraire, la société se rapproche inexorablement de la révocation de sa licence d’exploitation.

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 11 octobre 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)