twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Gabon : l’interdiction des transactions en espèces de plus de 5 millions FCFA devrait booster la digitalisation de l’économie

jeudi 18 juin 2020

Le Gabon a adopté à travers un projet de loi de finance rectificative un nouveau dispositif légal qui bannit toute transaction en espèces de plus de 5 millions FCFA. La mesure vise à booster la digitalisation et à lutter contre le blanchiment.

Le gouvernement gabonais a adopté le 12 juin, à travers les nouvelles dispositions contenues dans le projet de loi de finances pour l’année 2020, des mesures en faveur de la digitalisation des transactions économiques dans le pays.

Ainsi l’article 55 de la LFR 2020 stipule qu’« en République Gabonaise, toute transaction d’un montant supérieur à 5 millions de FCFA ne peut s’effectuer en espèces. Mais plutôt doit se faire par virement bancaire, par chèque de banque ou porte-monnaie électronique ». Cette disposition vise l’élargissement de l’assiette des opérations soumises à la TVA, mais également une meilleure traçabilité des transactions économiques, pour lutter contre le blanchiment d’argent.

L’article P-197 de cette même loi exige que tout paiement d’impôts, droits et taxes d’un contribuable à l’Etat, d’un montant supérieur à 2 millions de FCFA, soit effectué par virement, chèque de banque ou porte-monnaie électronique, sous peine de nullité. Il vise à améliorer la traçabilité des paiements effectués au Trésor et à dissuader les pratiques de corruption.

Enfin les articles 5 à 7 du projet de loi de finances rectificative 2020 introduisent une nouvelle taxe de 2% s’appliquant à partir de tout retrait en espèces de plus d’un million de FCFA par mois par un individu ou une entreprise. Cette mesure vise à dissuader le recours à la monnaie en espèces physiques pour privilégier les paiements électroniques.

Ce nouveau cadre légal de la Loi finances rectificative 2020 intervient dans un contexte marqué par la crise du COVID-19 qui implique la réduction de l’usage de billets et pièces métalliques dans les transactions. Ceci en vue de limiter les risques de contamination.

Selon les autorités, ce dispositif entre également dans le processus de lutte contre la corruption et l’évasion fiscale engagé par le Gabon pour assainir les finances publiques et promouvoir la bonne gouvernance.

(Source : Agence Ecofin, 18 juin 2020)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 323 60 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,85%)
    • 2G : 25,24%
    • 3G : 45,18%
    • 4G : 29,58%
  • 171 230 abonnés ADSL/Fibre (1,27%)
  • 133 954 clés et box Internet (0,94%)
  • 2 333 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,21%
  • Internet mobile : 98,73%

- Liaisons louées : 22 761

- Taux de pénétration des services Internet : 88,37%

(ARTP, 30 septembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 223 406 abonnés
- 182 809 résidentiels (81,83%)
- 40 597 professionnels (18,17%)
- Taux de pénétration : 1,37%

(ARTP, 30 septembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 18 630 276 abonnés
- Taux de pénétration : 114,94%

(ARTP, 30 septembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)