twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Forum sur la régulation des tics en Afrique : La réforme des cadres juridiques et réglementaires en vue

jeudi 5 juin 2008

Dakar abrite depuis, hier, le neuvième forum sur la régulation des Télécommunications et des Tics en Afrique (Frta). Axées sur le thème ‘Connecter l’Afrique : défis pour les régulateurs et les opérateurs ’, les recommandations qui sortiront des travaux devront permettre de stimuler la croissance et favoriser l’élargissement de l’accès aux Tics. Les indicateurs de l’Union internationale des télécommunications (Uit) révèlent que l’Afrique représente moins de 0,4 % du nombre total des abonnés aux larges bandes dans le monde et seulement 3,9 % du nombre total d’internautes. Le service internet haut débit reste cher et inaccessible dans certaines zones et la largeur de la bande internet reste faible sur le continent. Les objectifs du forum sont de permettre aux régulateurs de disposer de stratégies et d’approches régionales coordonnées pour relever les défis de la régulation en Afrique. Ainsi, au cours de la rencontre qui prend fin aujourd’hui, les spécialistes en télécoms et régulateurs du secteur vont explorer, suivant des panels, les paramètres d’amélioration et d’accessibilité du service à tous. Aussi les participants vont-ils tenter de jeter les bases d’une harmonisation des politiques et pratiques de régulation qui sont en cours dans les différents pays africains. Une des questions importantes de l’ordre du jour de la rencontre de Dakar est la création de l’Assemblée africaine des régulateurs (Aar).

Daniel Goumalo Seck, directeur général de l’Agence de régulation des postes et télécommunications (Artp), indique que des progrès considérables ont été réalisés dans le secteur des Tics en Afrique et particulièrement au niveau de la téléphonie mobile qui couvre un parc de près de 250 millions d’abonnés et représente un taux de pénétration de 34 %. ‘Ce qui nous hisse au rang de la plus forte croissance annuelle du nombre d’abonnés mobiles dans le monde’, explique-t-il.

Le ministre d’Etat, ministre des Infrastructures, des Transports terrestres, des Télécommunications et des Tics, Habib Sy, a déclaré que l’Etat a la volonté d’améliorer le secteur des télécoms. Aussi, les recommandations du Forum sont-elles fortement attendues.

K. Bakhoum

(Source : Wal Fadjri, 5 juin 2008)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 141 900 abonnés Internet

  • 12 848 086 abonnés 2G+3G+4G (97,77%)
    • 2G : 27,55%
    • 3G : 46,81%
    • 4G : 25,65%
  • 163 820 abonnés ADSL/Fibre (1,27%)
  • 126 486 clés et box Internet (0,96%)
  • 3 508 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,27%
  • Internet mobile : 98,73%

- Liaisons louées : 22 540

- Taux de pénétration des services Internet : 81,08%

(ARTP, 30 juin 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 216 286 abonnés
- 175 400 résidentiels (81,10%)
- 40 886 professionnels (18,90%)
- Taux de pénétration : 1,33%

(ARTP, 30 juin 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 17 728 844 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)